priest_ver10_xlg

2

Genre : Science-Fiction

Réalisateur : Scott Stewart

Synopsis :

Un prêtre part sauver sa nièce capturer par des vampires qu'il à jadis affronter lors d'un croisade mené par l'Eglise. Il entraîne dans sa quête Hicks, shérif et petit ami de la disparu.

Priest


Avis :

Après avoir enfilé les ailes d'un ange dans Legion, Paul Bettany, nouveau action-man de série B d'Hollywood, retrouve le réalisateur Scott Stewart pour, cette fois, enfiler le costume d'un prêtre pour le film de science-fiction Priest. Incendié par la critique, cette adaptation d'une BD "acclamée par le public" (dixit le trailer américain), est un film sympathique mais sérieusement inabouti. Mettons de coté de suite l'étonnante carrure de bûcheron du Canada de Bettany et de ses redoutables capacités à tataner du vampire sans mouiller sa soutane, pour se recentrer sur le film. N'offrant vraiment rien de nouveau visuellement, Scott Stewart semble bouffer à tous les râteliers sans vraiment s'en cacher : Blade Runner, Le Seigneur Des Anneaux, Mad Max, Equilibrium (sans compter quelques westerns), tout passe dans la moulinette du réalisateur pour un résultat à l'image certes magnifique, mais n'offrant aucune profondeur au récit. Le totalitarisme et l'obscurantisme religieux qui règne dans les cités industrielles placés sous la juridiction du clergé est à peine esquissé, tout comme les traumatismes de guerre et le rejet de la population face à ses héros. Il y avait pourtant de quoi donner de la perspective, mais on se retrouve avec des idées qui reste à l'état de concept. Le réalisateur préfère donc miser ses deniers sur une intrigue solidement rythmé mais ultra prévisible, armé de dialogues parfois au raz des pâquerettes et d'un bad-guy qui a visiblement laissé son charisme au vestiaire (en même temps, confier ce genre de rôle à Karl Urban tient vraiment du suicide artistique). On se repose alors sur des scènes d'action honnêtement mis en scène, une jolie musique composée par Christopher Young (bénéficiant de quelques élans lyrique menés par Lisa Gerard) et un acteur principal charismatique. Tout cela fait de Priest un divertissement pas vraiment mauvais... mais pas bon non plus.

_

> Paul Bettany plutôt crédible dans la peau d'un prêtre ninja qui balance des shurikens en forme de crucifix

> Des décors de toute beautééééééééés !

> La musique de Christopher Young est bien conduite, mélangeant parfaitement le gothique, la SF et le western

> Globalement, on s'ennuie pas

_

> Des dialogues lourdingues

> Karl Urban en bad-guy : pourquoi pas Richard Gotainer en parrain de la drogue Jamaïquain tant qu'on y est !

> Une histoire prévisible

> Des thèmes intéressants mais pas du tout exploités

Priest_2

LA SCENE QUI TUE !

La fuite du prêtre (Paul Bettany) en moto au début du film, traversant divers paysages désertiques de toute beauté. Une très belle invitation au voyage.