600full_minority_report_poster

5

Genre : Science-Fiction

Réalisateur : Steven Spielberg

Synopsis :

John Anderton, inspecteur à Pré-crime, une police permettant d'arrêter les criminels avant qu'ils commentent leurs forfaits, se retrouve sur la liste des futurs meurtriers. Il va alors tout tenter pour prouver son innocence.

 Minority_Report


Avis :

Avec Minority Report, Steven Spielberg amorce sa descente vers un cinéma plus torturé, plus noir. Se basant sur la courte nouvelle écrite par le prolifique Phillip K. Dick, le cinéaste se ré-approprie totalement l’histoire en y ajoutant ses thèmes que sont l'atomisation de la famille (quelle soit biologique avec John Anderton, ou bien spirituel avec Lamar Burgess), et l’aliénante terreur qu'impose l’évolution technologique. Le cinéaste revisite ici, un peu comme l’avait fait Richard Fleischer avec son Soleil Vert, le film noir en cherchant à dévoiler le revers de Pré-Crime, police du futur capable, par le biais d’êtres dit anormaux, d’arrêter les meurtriers avant qu’ils commentent leurs crimes. Car si, au départ, cette création s’impose comme un acte bienfaiteur pour la communauté, s’imposant comme le nouveau garant de la sécurité des citoyens, celle ci se fait finalement au mépris de l’humanité des pré-cognitifs (l’occasion une fois encore pour le cinéaste d’y implanter les relents de l’Holocauste Nazi), ainsi que du libre-arbitre des «pré-criminel» que va révéler progressivement le cas Anderton, incarnation de ce paradoxe. S’amorce alors avec cette affaire une haletante traque à travers une cité ou les moyens de surveillance sont autant d’instruments de l’abolition des libertés que d’obstacles dans la fuite de cet accusé à tort camper par un Tom Cruise au meilleur de sa forme, entouré d’un parterre de comédiens éblouissants dont un excellent Colin Farrell et un Max Von Sydow magnifique en patriarche à la posture divinement tragique. Emballé par une parfaite direction artistique (réalisation, photo et décors sont à tomber), et porté par la sublime partition composé par John Williams, Minority Report s’impose dès lors comme une nouvelle référence de la science-fiction.

68524758

> Les performances de l'ensemble du casting, en particulier Max Von Sydow

> Un scénario riche et passionnant

> Une réalisation grandiose, sublimé par l'éclatante photographie de Janusz Kaminski

> La sublime musique de John Williams

> Un rythme jamais pris en défaut

68524896

> Un épilogue rendu pompeux par la présence de la voix-off

Minority_Report_2

LA SCENE QUI TUE !

La palpitante poursuite dans une ruelle, puis dans une usine automobile, entre John Anderton (Tom Cruise), les officiers de Pré-Crime et les agents du ministère de la Justice.