Le_Toboggan_de_la_Mort

Genre : Catastrophe

Réalisateur : James Goldstone

Synopsis :

Un terroriste, qui à commis deux attentats dans des parcs d'attraction, demande un millions de dollar pour s'arrêter. Un modeste ingénieur est dépêché pour mener à bien la transaction.

Le_Toboggan_de_la_Mort_2


Avis :

Comme chacun sait, les années 70 fut l'expansion et la multiplication des films catastrophe. D'un bateau de croisière, en passant par l'avion ou la tour, tout les lieux ont été passé au peigne fin. Mais on oublie bien vite le parc d'attraction avec Le Toboggan De La Mort.

Futur réalisateur de la dernière production du parrain du genre (Le Jour De La Fin Du Monde, produit par Irwin Allen), James Goldstone orchestre ici un immense film qui n'a pas à rougir face à La Tour Infernal ou l'Aventure du Poseidon. Tout d'abord, ce qui fait le charme d'une telle production, c'est bien évidemment son casting. On retrouve ici George Segal en controleur technique qui à de la gouaille et qui se fait pas marcher sur les pieds. Il y a également Richard Widmark, un inspecteur gueulard, véritable bourrin de service, et on aperçoit Henry Fonda qui joue un employeur totalement antipathique. On peut également reconnaitre la jeune Helen Hunt. Mais le clou de spectacle, c'est sans doute Thimothy Bottoms, interprétant le grand méchant avec son air sadique et sa voix suave. Une belle brochette d'acteur donc, campant des personnage classique mais toujours très charismatique et doté de dialogue très souvent truculents. Leurs petites tranches de vie sont également sympathique, à défaut de révolutionner le genre. Ce qui fait avant tout l'intérêt du film après le casting, c'est le lieu des hostilité : le parc d'attraction, et en particulier les montagnes russes (ou rollercoaster).

Et là, le réalisateur met la barre vraiment très haute. Tout d'abord, l'accident inaugural est une totale réussite. Sans gros trucage, le réalisateur réussit l'exploit, 33 ans après sa sortie, de clouer au siège le spectateur. Puis vient le second accident, qui n'est pas montrer frontalement, mais symboliser par une gerbe de fumée et une série de camion de pompier. Le réalisateur confirme alors sont talent de metteur en scène, provoquant instaurant un climat de peur sans recourir forcement à de gros fracas de taules et d'acier. Puis, après quelques appels étrange, réunion de gros pontes du FBI, vient deux énormes séquences assez imposantes (une quinzaine de minute chacune), ou la, le cinéaste créer une tension permanente au cœur d'un parc d'attraction. Il joue au montagne russe avec le spectateur, et nous ballade avec des trouvailles visuelles époustouflantes (le décrochement de camera qui vous donne des sensation de chute assez inouïe). Le tout avec la musique de Lalo Schifrin, qui conjugue parfaitement la gaieté du cadre avec le suspens mortel de l'intrigue. Seul point noir : la résolution finale bêtement expédié.

Le Toboggan De La Mort est donc un film catastrophe haut de gamme qui mériterai d'être mieux connu. Un bon gros film qui se laisse déguster sans modération.