insidious

4

Genre : Horreur

Réalisateur : James Wan

Synopsis :

Josh, Renai et leurs trois enfants emménagent dans leur nouvelle maison. Mais, quelques jous plus tard, Dalton, un de leurs enfants, tombe dans le coma. Trois mois plus tard, d'étranges évènements viennent perturber la vie de cette famille.

Insidious_2


Avis :

James Wan est désormais un cinéaste à suivre de très près. Après Saw (saga dont il s'est judicieusement retiré en tant que producteur exécutif), Dead Silence (sympathique film d'horreur à l'ancienne) et Death Sentence, il continue dans le registre de l'horreur avec Insidious. Sans pour autant révolutionner le genre ultra-rabattu de la maison/du gosse hanté(e), Insidious parvient, non sans une belle efficacité, à faire monter l’angoisse crescendo afin d'agripper le spectateur par la gorge pour ne plus le lâcher. Partant d’un cas tout à fait ordinaire de possessions fantomatiques et démoniaques (les nouveaux arrivants d’une maison sont, une fois n'est pas coutume, persécutés par de vilains ectoplasmes), le réalisateur James Wan choisit, comme ce fût précédemment le cas avec son Dead Silence, d’en boursoufler tous les codes et effets de façon très appliqués pour, au final, livrer un trip gothique et forain ponctué de péripéties paranormales des plus flamboyantes, outré par un final aux allures d'attractions Disneyland, tout cela soutenue par le magnifique empilage de cordes grinçantes orchestré par Joseph Bishara. Parallèlement à cette mise en scène magnifiquement excessive, l’histoire reste très sobre, s’installant progressivement sur le terrain du voyage astral, notion qu'empreinte que très rarement le genre horrifique. La réalisation se montre, quant à elle, très astucieuse, usant de points de vue séduisants, et la direction d’acteur, véritable talons d'Achille du jeune réalisateur, est ici exemplaire, en particulier en ce qui concerne les excellents Patrick Wilson, Barbara Hershey et Leigh Whannell. Malgré quelques fautes de goûts (à l’instar de ce gloubi-boulga de fondu enchaîné quand Josh retrouve son fils dans l’antre du démon), le résultat global s'avère parfaitement convaincant et diablement au-dessus de la moyenne.

_

> Un casting parfaitement convaincant

> Le thème du voyage astral est exploité jusqu'au bout

> La réalisation ample et fluide et James Wan

> La musique délicieusement outrancière de Joseph Bishara

> La figure du démons qui fait vraiment froid dans le dos

_

> Le doublage français vraiment dégueulasse de Rose Byrne

> Quelques petites fautes de goût esthétique dans la deuxième partie du métrage

Insidious_1

LA SCENE QUI TUE !

Une séance de spiritisme dantesque, qui bénéficie de la mise en scène soignée du réalisateur et des mediums présents dans la pièce. Une séquence qui fout littéralement les j'tons !