Quantum_Of_Solace

Genre : Action

Réalisateur : Marc Forster

Synopsis :

James Bond continue à mener son enquête concernant la trahison et la mort de Vesper. Ceci va l'amener à une organisation, Quantum Of Solace, et à un mystérieux industrielle, Dominic Greene.

Quantum_Of_Solace_2


Avis :

Suite au succès de Casino Royale, la franchise James Bond reprend avec Quantum Of Solace, sous la caméra de Marc Forster, peu habitué de ce genre de film.

Ce nouveau film de la célèbre saga James Bond est une copie pur est simple de la saga Jason Bourne. D'abord sur le plan de l'intrigue, le film suit presque mot pour mot celle de La Vengeance Dans La Peau : James Bond veut venger la mort de sa chère et tendre, il est désavoué et traqué par les services secrets britanniques mais garde certains contacts qui lui sont utiles dans sa traque. Alors certes, les James Bond n'ont jamais brillé par leur originalité, mise à part Casino Royale et Permis de Tuer, donc le fait qu'il plagie l'un des plus gros succès en matière d'action semble logique. Mais encore faut-il qu'il y ai la même puissance dramatique et la même efficacité que chez son mentor. Or, James Bond, bien que bénéficiant de quelques arguments de poids (la face caché de l'industrie verte, les stratégies politiques de la CIA), ne semble pas décoller suffisamment pour imposer sa marque. La faute en revient essentiellement à une intrigue qui s'emmêle un peu les pinceaux entre la vendetta personnelle de Bond, les objectifs du MI6, la politique de la CIA, ainsi que d'un personnage féminin bâclé, bénéficiant que d'une poignée de minutes pour dévoiler sa personnalité et son passée. Il faut également ajouté le fait que la résolution demeure un véritable mystère pour le spectateur, le laissant un peu sur sa fin.

Quantum Of Solace copie également le style de Greengrass. Malheureusement, Foster n'en copie pas la fluidité. Si la caméra part belle et bien dans tout les sens et que le montage est haché, il nous perd dans un flot d'image sans pour autant nous faire profiter à fond des séquences fortes. En témoigne la poursuite à Sienne, ou bien souvent la caméra et le montage nous égare dans l'action sans nous laisser un point de repère. Les scènes d'action sont donc présentes, mais elle ne s'épanouissent pas comme il le faudrait. Les acteurs sont également pas tous très convaincant : Olga Kurylenko est assez plate dans le film, et Mathieu Amalric, bien qu'inquiétant, reste toujours sur le même registre. Heureusement, Daniel Craig impose encore sa carrure, avec à ces cotés une Judi Dench plus féroce que jamais (et dont ses rapports avec Bond se voit changés, se rapprochant plus d'une relation mère/fils), l'excellent Giancarlo Giannini, qui reprend parfaitement son rôle de René Mathis, ainsi que Gemma Aterton, très séduisante en archiviste. Enfin, la musique de David Arnold s'est doté d'une touche plus atmosphérique, donnant un peu plus d'identité à ce nouveau Bond.

Quantum Of Solace est donc un nouveau Bond qui tente maladroitement de s'affirmer. Un spectacle certes efficace, mais qui n'est pas aussi bluffant que celui de Casino Royale.