Photo_Obsession

Genre : Thriller

Réalisateur : Mark Romanek

Synopsis :

Sy Parrish est développeur de photos dans un laboratoire situé dans un supermarché. Il met un point d'honneur à faire son travail et à livrer les meilleurs photos au meilleur prix. Durant ses douze années d'activité, il s'est pris d'amitié pour les Yorkin, allant jusqu'à collectionner leurs photos de famille. Mais son comportement envers cette famille devient de plus en plus inquiétant.

Photo_Obsession_2


Avis :

Mark Romanek signe en 2002 son tout premier film, Photo Obsession, mettant en scène Robin Williams dans son premier rôle dramatique.

Ce film ne fait pas l'unanimité loin de là. Encensé par une partie de la presse, conspué par une partie du public, Photo Obsession est pourtant un film admirable et aboutit. Déjà, le thème sur lequel se base le film n'est pas que pour faire joli ou remplir un peu de temps, mais est vraiment très bien exploité. Tout d'abord, il y a une vrai exploration de la photo à travers l'age : l'enfant prend en photo les objets de la vie, ces petites œuvres, des détailles de la vie quotidienne dont tout le monde se moque mais qui ont leur importance à ses yeux. Et puis vient l'age adulte, avec des photographies plus représentatives de la vie d'une grande personne (l'entourage, les moments forts). Pour Sy, le héros du film, les photos sont le reflet de notre état mental. Il y a aussi une magnifique réflexion sur la valeur dé vérité que l'on leur accorde : une photo permet de prouver notre passage sur cette Terre, elle est le reflet d'une réalité. Or, Sy triche, tronque la vérité en y apposant un discours qui n'est en aucun cas la vérité effective de la photo. Au centre de ce thème se place donc Sy, technicien dans un laboratoire de développement de photo. On nous le décrit comme étant un homme attentif à "sa clientèle", un chirurgien de l'image qui prend beaucoup de plaisir dans son travail. Mais s'oppose à cette image une autre beaucoup plus sombre : celle d'un homme obsédé par les Yorkin, une famille modèle en apparence.

Une ambiguïté constamment entretenue par la réalisation, extrémement étudié par le jeu de lumière (jaune, rouge, sombre) et par les décors (la spirale infernale dans le parking, introduisant le personnage dans une situation inextricable). L'intrigue se fixe par ailleurs uniquement sur la psychologie de Sy, délivrant la clé de son esprit à la toute fin du film. Un enfant prisonnier dans un corps d'adulte, homme tourmenté par son horrible passé, empatté dans un corps peu enviable et désirable, cherchant constamment la reconnaissance des autres par sa générosité, au risque d'y perdre sa place. Un personnage auquel la performance de Robin Williams apporte une densité et une crédibilité exemplaire. D'ailleurs, et c'est ce qui est regrettable, il est le seul à se démarquer dans ce film, mise à part Michael Vartan, qui compose un personnage vide et neutre, évitant toutes les difficultés pour se laisser porter par le courant de la vie. Malgré sa propension à laisser flotter son intrigue dans un enchainement de plan fixe, il en demeure pas moins un film d'une lenteur asphyxiante, d'un calme douloureux, qui séduira les plus réceptifs à cet univers étouffant.

Photo Obsession est un film lent et qui vous plombe une soirée. Mais il est porté par un Robin Williams impérial et est brillamment réalisé par un cinéaste trop peu présent dans le paysage cinématographique mondial.