once_upon_a_time_in_the_west_xlg

5

Genre : Western

Réalisateur : Sergio Leone

Synopsis :

Un mystérieux étranger, joueur d'harmonica, débarque de l'ouest Américain, alors en pleine guerre des chemins de fer. Il fait la connaissance de Jill McBain, jeune veuve dont le mari et les enfants ont été assassinés, ainsi que de Cheyenne, criminel accusé à tort du meurtre. Ensemble, il vont mettre la main sur Frank, le tueur responsable de ce massacre.

Il_Etais_Une_Fois_Dans_l_Ouest


Avis :

Maître de l'attente et de l'absurde, Sergio Leone compose avec Il Était Une Fois Dans l'Ouest un west-opéra flamboyant en retraçant (en partie) la dégénérescence de l'Ouest par l'arrivée des chemins de fer. Car, sous cette histoire de double vengeance et de lutte des terres mené de main de maître par Sergio Leone, se cache en réalité une peinture désabusé de la nouvelle Amérique qui prend toute son importance à travers ces quatre héros en perdition : Franck, tueur froid qui tente, en vain, de se transformer en grand financier, Cheyenne, bandit dont le romantisme et la fidélité est devenu has-been, L'Harmonica, voyageur solitaire se fondant dans une société de masse, et Jill, ancienne putain qui tente de se reconvertir en s'installant dans l'Ouest sauvage. Chacun, à leurs manières, vont régler leurs comptes avant d'entrer dans ce nouvel ère technologique, sociale et philosophique. Des duels psychologiques et physiques intenses magnifiés par la caméra et la mise en scène du réalisateur italien, créant de longues plages d'attente, donnant une ampleur monstrueuse au magnifique décors et ponctuant ses longues séquences par des traits d'humour absurdes (à l'image de l'attaque du train de Morton par Le Cheyenne). La musique d'Ennio Morricone joue, quant à elle, son rôle d'avertisseur, propice également à une atmosphère qui touche parfois au sublime (le thème de Jill et ses choeur lyriques de femme). Tout cela animé par une splendide troupe d'acteur, ou le généreux tandem comique Charles Bronson/Jason Robbard s'oppose à l'envoutante beauté d'une sublime Claudia Cardinale et la prestance d'un Henry Fonda impérial. Il Était Une Fois Dans l'Ouest est donc assurément un très grand film.

_

> De la musique aux acteurs, en passant par la réalisation, le scénario, la mise en scène, le décors et le rythme : tout est parfait dans ce monument du septième art !

_

> Il n'y a franchement rien à jeter dans ce chef d'oeuvre du cinéma moderne

Il_Etait_Une_Fois_Dans_l_Ouest_2

LA SCENE QUI TUE !

La découverte de Flagstone par Jill (Claudia Cardinale) accompagnée de la magnifique partition d'Ennio Morricone. Un plan de grue absolument sublime !