The_Blues_Brothers

Genre : Comédie-Musicale

Réalisateur : John Landis

Synopsis :

Jake et Elwood Blues tente de reformer leur groupe de rythm'n blues afin d'aider leur orphelinat à payer l'impôt qu'il a sur le dos.

The_Blues_Brothers_2


Avis :

John Landis réalise en 1980 un des piliers de la comédie-musicale, qui marquera à jamais l'histoire du genre : The Blues Brothers.

Voila un réalisateur qui à tout compris au cinéma et à la musique. Ce film mélange à la fois la folie des images à la décadence du son pour obtenir un résultat détonnant, aussi divertissant qu'intelligent. Les chanteurs de Blues que sont Jake et Elwood incarnent tous les clichés de l'époque concernant ce genre de musique : décadent, criminel, inconscient. Mais voila, ils se font les bras droits de leur "pingouine" adoptive dont l'orphelinat est criblé de dettes, et tente alors de reformer leur groupe afin de réunir les fonds honnêtement. Une base délirante auquel se greffe des ennemis tous aussi délirants. Un militant Nazi qui se sert d'un inspecteur falot pour traquer les frères Blues, un groupe de Country raciste, des flics incompétents, des militaires et une ex-femme peu commode. Un véritable mélange des particularités qui font l'identité des Etats-Unis, rendant ainsi le voyage totalement original et dément, la mise en scène cartoonesque faisant le reste. Un coté Bip-Bip et Vil Coyote dans les poursuites en voitures, des cascades totalement invraisemblables (le salto-arrière final de la Blues Mobile), des situations rocambolesque (les tentatives d'assassinats infructueuses de l'ex femme de Jake) et une theâtralisation poussée à l'extrême (une arrivé à l'orphelinat au faux airs d'Exorciste) enrobe fabuleusement le film d'une admirable frivolité.

John Landis sait également mettre en avant ses séquences musicales sans que cela sonne faux. Il nous fait lentement glissé dans le morceaux pour ensuite dynamiter le numéro des chanteurs afin de mettre en image l'énergie des interprètes. Du show catholique de James Brown grimé en révérant à l'incroyable concert final avec l'inimitable Cab Calloway, en passant par l'explosif solo d'Aretha Franklin, tous les morceaux musicaux sont de très grandes tenues acoustique et filmique. Des séquences propulsés par la joie et la bonhommie d'un casting quatre-étoile, ou l'on sent le authentique hommage au Rythm'n Blues. Outre les trois star de la chanson citées précédemment, on retrouve également John Lee Hocker, Ray Charles en vendeur clairvoyant, ainsi que la troupe des Blues Brothers au grand complet avec, en tête d'affiche, le duo électrique Aykroyd / Belushi. S'y ajoute le bâton de dynamite Carrie Fisher, l'énorme Kathleen Freeman en chère sœur implacable, ainsi Henry Gibson en Neo-Nazi féroce, et vous obtenez un cocktail détonant qui risque fort de vous arracher les zygomatiques.

The Blues Brothers est donc une comédie-musicale mythique car indémodable et qui reste, à ce jour, la plus éblouissante réussite du genre.