Une_Vir_e_En_Enfer

Genre : Thriller

Réalisateur : John Dahl

Synopsis :

Après avoir fait une blague à un routier peu commode, deux jeunes sont alors pris en chase par celui ci, cherchant à tout pris à se venger.

Une_Vir_e_En_Enfer_2


Avis :

John Dahl n'est ici que le modeste employé d'un vrai-faux remake hollywoodien de Duel version adolescent. Un résultat somme toute banal.

C'est de notoriété publique : les routiers sont des bad-guy. En plus d'emmerder le monde avec leurs poids-lourd et de créer la zizanie dans les bars, ils sont de véritables psychopathes qui cherchent leurs proies grâce à leur Sibie. Ici, c'est le jeune Lewis et son taulard de frère qui sont dans le collimateur d'un belliqueux routier bedonnant et pas beau auquel ils ont fait une farce pas très glamour en donnant un faux rendez-vous dans un motel, la chose se terminant en meurtre. Du coup, ils chient dans leurs jeans les deux frangins. Mais le routier ne va pas s'arrêter là bien évidemment, bien décider à rendre la monnaie de la pièce à ses jeunes inconscients. Rien de bien original donc, sans véritable métaphore ou quelconque message sociologique au fond du carton. L'originalité se trouve peut-être dans la relation entre les personnages, notamment l'attirance des deux frères pour la même fille, sous tendant une tension fraternelle bienvenue. Une sous intrigue des plus intéressante qui ne trouve cependant aucun aboutissement dans le film. Du coup, ce qu'il y avait d'original dans l'intrigue part au fond du camion.

Pour autant, le film ne bâcle pas ses séquences à suspens. Elles sont même de très bonnes factures et atteignent sans problème leur objectif. Le réalisateur nous réveille avec des coups de téléphones inopinés, nous plonge au fond d'un champ de maïs ou l'on est aussi perdu que les héros ou bien nous fait découvrir une victime du camionneur, cloué au fond d'un lit avec la mâchoire arraché (image affreuse par ailleurs). Un suspens qui atteint son point culminant lors de l'anxiogène final, parfaitement maitrisé. L'atmospére, pesante à souhait, est par ailleurs bien mise en valeur par une très bonne bande-son signé Marco Beltrami (responsable, en autre, de la musique de Scream). Le trio d'acteur marche également très bien au sein du métrage. Le duo Steve Zahn / Paul Walker est très convaincant, et Leelee Sobieski, habituellement expressive comme un cruciforme, semble plus à l'aise dans ce rôle (surtout quand elle se fait filmer comme un rose-beef). Enfin, le numéro vocal de Ted Levine et celui, physique, de Matthew Kimbrough en Vieux Clou, est impressionnant.

Une Virée En Enfer est donc un divertissement plaisant, bien interprété et avec du suspens, mais sans aucune originalité. Efficace mais oubliable.