original_556228

2

Genre : Horreur

Réalisateur : John Carpenter

Synopsis :

Après avoir incendiée une maison, Kristen est arrêtée et placée en internement dans un hôpital psychiatrique. Mais dés son arrivée, elle sent une présence qui hante les lieux et s'aperçoit que ses co-détenues disparaissent de façon mystérieuse.

The_Ward


Avis :

Ayant maintenue un silence radio depuis le flop de son Ghosts Of Mars, John Carpenter ré-apparait finalement sous la forme d’un nouveau trip horrifique délicatement intitulé The Ward - L’Hôpital De La Terreur. Mais, celui qui fut l’un des rois de l’épouvante et de l’horreur jusqu'au tout début des années 90, nous apparait aujourd’hui assez diminué artistiquement. Pour quelques sublimes plans d’un hôpital psychiatrique monstrueux (par ailleurs infiniment plus effroyable que celui de Zack Snyder dans Sucker Punch, film avec lequel il partage également son scénario à tiroir et son casting majoritairement féminin), une Amber Heard séduisante en diable et des mises à mort assez savoureuses (parmi lesquelles on compte un délectable barbecue), il faut malheureusement passé par un casting à la ramasse, des «bus-effects» peu surprenants, et un scénario dont le manque d’originalité ne lui fait visiblement pas défaut. Melting-pot de vielles recettes du genre (dans le même registre, Identity avait bien mieux mené sa barque), l’intrigue, incohérente au possible, ne surprend guère au final et manque cruellement de profondeur (alors que son twist final appelle clairement à une relecture). Une indigence qui vient jusqu’à haché un rythme et une immersion pourtant efficace quand la partition de Mark Kilian se donne la peine de jouer sur le terrain de la finesse atmosphérique. Alors, si le talent visuel demeure présent (le look du «fantôme-tueur» est, à ce titre, très réussit), le classicisme éhonté de son histoire ne permet pas au génie du cinéaste de se réveiller.

68524758

> Amber Heard très sympathique et incarnant une certaine idée de la virilité féminine

> La réalisation toujours très appliqué de John Carpenter

> Les passages atmosphériques composées par Mark Kilian

> Quelques petites frayeurs sympathiques et un décors qui fait froid dans le dos !

68524896

> Une distribution aux performances plus que moroses

> Un scénario indigent, et parfois même incohérent

> Le recours massif à des bus-effects martelés par la musique de Kilian

> Autant revoir Identity !

The_Ward_2

LA SCENE QUI TUE !

Le très jolie générique d'ouverture sur le thème du "verre brisé" (SPOILER : introduisant la psychose dissociative), accompagné d'illustrations sur l'évolution du traitement de la folie à travers l'histoire.