hanna_poster_by_alecx8_d3iml6l

3_5

Genre : Action

Réalisateur : Joe Wright

Synopsis :

Hanna, 16 ans, vie recluse en Finlande avec son père Erik, qui lui apprend les gestes de survie et à devenir une tueuse hors-pair. Lorsqu'elle est enfin prête pour revenir à la civilisation, Hanna est enlevée par Marissa Wiegler, une agent à la CIA.

Hanna_1


Avis :

Pourtant signataire de classieux films en costume comme Orgueil et Préjugé ou Reviens-Moi, Joe Wright change malgré tout son fusil d'épaule en signant un film d'action pop que l'on aurait dit sorti de la boite à idée d'Europa Corp. On est cependant loin du récit primaire des ces productions qui misent tout sur l'immersion et le spectaculaire, Wright ayant prouvé par le passé qu'il était un metteur en scène suffisamment aiguisé pour inscrire une perspective plus intellectualisante à ses projets. On se retrouve donc avec Hanna, jeune fille recluse avec son père dans le désert glacé Finlandais afin de la préparer au mieux à affronter une agent de la CIA particulièrement assassine. Ce pitch, d'une simplicité divine, ne serait rien (ou pas grand chose) si il ne baignait pas dans une imagerie extraite des récits des frères Grimm (Hantzel et Grentel y est régulièrement cité, ainsi que Blanche Neige pour l'affrontement entre Hanna et Marissa), transformant alors cette simple chasse à l'homme en un conte initiatique sur la découverte de l'identité physique, morale et sexuelle d'Hanna, allant jusqu'à lui esquisser des tendances lesbiennes. Du coup, ce thriller d'action se détache aisément des canons du genre (Nikita, Jason Bourne) et jouissant d'une esthétique pop marqué aussi bien visuellement (couleur flashy, costume et coiffure hérité du punk) que musicalement via la corrosive bande-son signée Chemical Brothers. L'ensemble du casting se révèle d'ailleurs parfaitement intègré dans cet univers, en particulier la jeune Saorise Ronan, encore une fois épatante et qui continue à se construite une carrière très atypique. Et, malgré un léger affaissement à sa moitié, ce long-métrage parvient globalement à maintenir un rythme soutenu et un climat extrêmement tendu tout au long du métrage, ponctué ça et là par des choix de mise en scène très incarnée (mais parfois à la limite du bon goût). Dans l'ensemble, Hanna se révèle être une jolie alternative au sein d'un genre rarement dépoussiéré.

68524758

> Saorise Ronan, qui prouve une fois de plus sa capacité à campé n'importe quel personnage

> L'ambiance fantastique extirpé des récit des frères Grimm qui baigne l'ensemble du long-métrage

> La tension qui se dégage de cette puissante chasse à l'homme

> L'acidité de la musique originale signée Chemical Brothers

68524896

 > Une petite baisse d'intêret au milieu du film

> Des choix de réalisations pas toujours du meilleur goût

> Quelques trous dans l'intrigue (notamment concernant le destin réservé à la famille qui accueille l'heroine)

Hanna_2

LA SCENE QUI TUE !

L'excellent plan séquence d'un combat à main nu opposant Erik (Eric Bana), aux hommes de mains de Marissa (Cate Blanchett). Bien que la violence y soit assez retenue, il s'échappe de cette scène une bouillonnante énergie.