original_546636

2

Genre : Fantastique

Réalisateur : John Erick Dowdle

Synopsis :

Cinq personnes sont piégés dans un ascenseur. Alors que les secours tentent de faire repartir la machine, l'un des passagers se fait sauvagement assassiné. Une question se pose alors : qui est le coupable !

Devil 


Avis :

Un film d'ascenceur descendu par la critique : voila qui a de quoi intriguer si on a des tendances suicidaires ou tout simplement si on aime voir M. Night Shyamalan (qui n'est ici qu'auteur et producteur) se fourvoyer dans ses tics de scénariste prophète, prêchant la bonne parole dans chacun de ces films. Mais ce Devil n'est, en réalité, pas la bouse fumante que tout le monde critiquait, mais bien juste un thriller fantastique inoffensif, divertissant et, à de très rares occasions, brillant. Mais ne compter pas sur le scénario pour vous éveiller l'esprit : ici, le suspens ne vaut que pour lui même. Le reste n'est qu'un amas de clichés (le gardien noir ancien voyou, le surveillant mexicain croyant jusqu'au fond du slip) voir même de quelques bêtises (depuis quand le diable vient récupérer les pêcheurs sur terre ?!) présents uniquement pour donner un peu de crédibilité à l'affaire (inauguré par l'inevitable citation d'un versé de la bible). Parce que, au cas ou vous soyez un analphabète qui s'ignore, c'est bien le DIABLE qui vient foutre le boxon dans l'elevateur : il fait vaciller les lumières pour zigouiller discretos les passagers, et arrive même à éliminer les gens à l'exterieur qui tentent de lui mettre des crucifix dans les panards. Alors que le suspens est habillement mené, parsemé de quelques jolies moments de frayeur (pompeusement appuyée par la musique), le réalisateur tente de nous convaincre qu'il faut se méfier du Diable mais qu'il faut également compter sur la sagesse de Dieu. Peine perdue puisque tout ou presque est téléphoné, même jusqu'au dénouement, aussi moralisateur qu'ennuyeux. A voir donc juste pour le suspens et la jolie mise en scène qui l'accompagne.

_

> Une très jolie réalisation avec une caméra qui arrive à se faufiler partout dans l'etroite cabine d'ascenceur

> Le suspens marche parfaitement

> La musique de Fernando Velazquez ne fait pas dans la dentelle mais reste très correcte

_

> Des acteurs pas franchement convaincants

> Une histoire très prêchi-prêcha peuplée de personnages bourrés de clichés

> Quelques petites interventions du narrateur très ridicules et sans aucun intérêt

> Une fin totalement ratée

Devil_2

LA SCENE QUI TUE !

Le très ingénieux générique d'ouverture, avec des plans aériens de la ville... mais à l'envers. C'est peut être lourdement symbolique (le diable = monde à l'envers), mais le déséquilibre graphique fonctionne parfaitement.