michael_clayton_ver2_xlg

4

Genre : Thriller

Réalisateur : Tony Gilroy

Synopsis :

Michael Clayton, un avocat "nettoyeur" chargé de démêler les affaires délicates, est envoyé récupérer un confrère pris d'une bouffé délirante lors d'un procès impliquant une industrie d'engrais chimiques.

Michael_Clayton


Avis :

Michael Clayton est ce qu'on appelle un thriller à combustion lente : Tony Gilroy prend son temps pour dérouler les enjeux de son histoire, fragmente son récit pour exprimer le changement d'état de son personnage principal et y dissémine des passes de dialogues un peu partout pour donner de l'intelligence à son propos. Pourtant, ce mélange, qui aurait pu donner naissance à un film au mieux moyen, au pire soporifique, créé en réalité une vraie attraction chez le spectateur. Le scénario donne volontairement dans l'intimiste en se centrant sur les déboires d'un homme qui à perdu ce qui faisait de lui un homme, regagnant son innocence au fur et à mesure qu'il découvre que son métier le vampirise plus qu'il ne l'aide à franchir les obstacles de la vie. Cette ambivalence, George Clooney la fixe durablement sur la pellicule, parcourant tel un damné les rues de New-York et des environs à la recherche de cette dignité qu'il trouvera perché sur une colline au détour d'une route de campagne comme le vestige d'une vie passée. Se greffe à cela une histoire d'OGM, seconde chance offert à Michael Clayton par un confrère qui n'a saisit que tardivement les dégâts causé par son choix de vie. En ce sens, le film de Gilroy cherche plus à définir une philosophie de vie que de livrer une véritable intrigue judiciaire, qui, pourvu d'une tension qui monte crescendo tout au long des deux heures de métrage, n'est là que pour mettre en scène les divers personnages qui la compose : un as du barreau déchu (explosif Tom Wilkinson), un patron envahissant (imposant Sydney Pollack) et une conseillère juridique maladroite dans son inhumanité (splendide Tilda Swinton, qui mérite amplement son oscar pour ce rôle). Alors même si la fin est expédié un peu trop rapidement et que l'ambiance générale est assez austère, la superbe mise en scène et l'evolution de ses personnages n'en demeurent pas moins passionnantes à suivre et son intrigue est brillamment mené.

_

> La performance de l'ensemble du casting, en particulier celle de Tilda Swinton qui arrive à insuffler de la sympathie à un personnage pourtant horrible

> La mise en scène appliquée de Tony Gilroy, distillant une jolie tension tout au long du film

> Un scènario qui dessine finnement la psychologie de ses personnages

> La musique de James Newton Howard qui sort de ses orchestrations habituelles

_

> Un rythme lancinant et une ambiance austère assez difficile d'accès

> Une fin trop vite expédiée

Michael_Clayton_1

LA SCENE QUI TUE !

L'exténuant récit paranoïaque en voix-off d'Arthur Edens (Tom Wilkinson) qui ouvre le film. Un modèle d'éfficacité, de sobriété et de puissance, magnifiquement illustré par des plans du building aseptisé abritant le cabinet d'avocat du personnage principal.