ZodiacCBN_Recycle_Logo

5

Genre : Biopic

Réalisateur : David Fincher

Synopsis:

La longue traque du Zodiac, insaisissable meurtrier, par le caricaturiste Robert Graysmith, le journaliste d'investigation Paul Avery et les autorités fédérales de San Fransisco.

Zodiac


Avis :

Vaste retour vers les standards des années 70’s ou les films étaient peuplés de journalistes chevronnés et de tueurs insaisissables, Zodiac propose une vraie bouffé d’air frais dans le genre du thriller, prenant les traits d'un copieux biopic sur l'un des plus mystérieux tueur en série qu'ai connu les Etats-Unis. Prenant tout son temps pour mettre en place à la fois son décors (magnifique reconstitution du San Francisco des années 70’s), son ambiance musicale (les multiples chansons d’époque et la musique originale dirigée par David Shire, compositeur qui à connu son heure de gloire avec Les Hommes du Président) et ses personnages, David Fincher capte magnifiquement l’ambiance du passé avec un souffle homérique qu’on lui connaissait pas, retraçant à merveille l'existence de journalistes/policiers à travers une affaire définitivement passionnante, dominé par un tueur qui est à la fois tout le monde et personne, humain torturé symbole de cette ambiance de conspiration de masse qui gangrenait la société américaine de cette époque. Mais, outre cette peinture de l'obsession sous toutes ses formes, c’est la mise en scène, flamboyante et infiniment sombre, qui donne au film ses lettres de noblesse, accouchant de séquences à suspens mythiques et étouffantes. Une indissoluble efficacité étalée sur plus de deux heures trente de métrage et relayée par les impressionnantes compositions d’une belle brochette d’acteur ou se détache l'imposant John Caroll Lynch, incarnant à la perfection le principal suspect de l'affaire, dont l'obscène désinvolture fait plus d'une fois froid dans le dos. Un moyen comme un autre pour Fincher d'attirer l'attention sur son coupable préféré.

_

> La prestation de l'ensemble du casting, de Jake Gyllenhaal à Robert Downey Jr., en passant par Brian Cox et John Carrol Lynch

> Une réalisation millimétrée, posée et méthodique, qui ne laisse pas la place au débordement

> La musique extraordinaire de David Shire ainsi que le choix des chansons, notamment Hurdy Gurdy Man de Donovan, symbolisant le chant du tueur

> Le récit rétrospectif passionnant, doublé d'une réflexion sur l'obssession ainsi que d'une parabole sur l'air de suspicion qui embaumait les États-Unis des années 70.

_

> Personnellement je n'ai rien à rejeter de ce film

Zodiac_2

LA SCENE QUI TUE !

L'inspecteur Dave Toschi (Mark Ruffalo) et son partenaire Bill Armstrong (Anthony Edwards) inspecte le mobile-home délabré de Arthur Lee Allen (John Caroll Lynch), principal suspect de l'affaire. Une scène glauque à souhait, ou l'on découvre l'antre d'un esprit malade ou se côtoie godemichés et écureuils sauvages.