Les_hommes_du_President_20090304025931

4_5

Genre : Thriller

Réalisateur : Alan J. Pakula

Synopsis :

Carl Bernstein et Bob Woodward, deux journalistes au Washington Post, enquête sur le cambriolage qui a eu dans le bâtiment du Watergate.

Les_Hommes_du_President_1


Avis :

La célèbrissime affaire du Watergate fût un véritable plat de spaghettis, ou les nouilles du président Nixon se mélangeaient avec les boulettes de ses hommes de mains. De ce fait troublant bourré de ramifications qui agita la presse Américaine, puis l'opinion public, Alan J. Pakula, cinéaste connu pour ces thrillers teintés de conspirations, le transforme en une passionnante enquête journalistique, ou l'on retrouve tous les éléments qui font de lui un classique instantané : informateur mystérieux (avec le fameux "Gorge Profonde"), sources frileuses, contact en pagaille, démentis, investigations, entretiens. On navigue donc ici avec nos deux héros en eaux troubles, et le nombre conséquent d'inculpés rend parfois difficile le recoupement d'informations. Mais qu'importe la complexité de l'affaire, le cinéaste s'emploie régulièrement à nous résumer l'évolution de la situation de façon clair afin de remettre le spectateur sur de bon rails. Inutile également de chercher une quelconque parabole, le récit n'étant ni plus ni moins qu'une pure illustration de la fièvre journalistique qui anime nos deux comparses, ainsi que de redéfinir les véritables codes du journalisme d'investigation (et, par la même occasion, du genre) . Pour autant, le réalisateur n'essaie pas de rendre le tableau plus alléchant, en témoigne la réticence des dirigeants du Washington Post, ainsi que la légère animosité qui unissait les deux journalistes. Parfaitement complémentaires, ceux ci apporte, par ailleurs, un esprit de buddy-movie cérébrale au film, ou l'acuité mentale de l'un (Bob Woodward, incarné ici par le fringant Robert Redford) se conjugue avec la franchise de l'autre (Carl Bernstein interprété par l'impétueux Dustin Hoffman). Entre ces deux journalistes, la Maison Blanche, dont la fantomatique silhouette plane ponctuellement au dessus de l'histoire et de leur tête. Doublé d'une mise en scène propre et efficace, Les Hommes du Président est donc un modèle du genre qui n'a pas pris une ride.

_

> Dustin Hoffman et Robert Redford, tout deux parfaitement crédible en journalistes acharnés

> Jason Robbards, qui n'a pas démérité son oscar du meilleur second rôle

> La réalisation très soignée de Alan J. Pakula sublimée par la photographie de Gordon Willis

> La musique à suspens magnifiquement conduite par David Shire

_

> On se mélange parfois les pinceaux avec tous ces noms !

Les_Hommes_du_President

 LA SCENE QUI TUE !

L'épilogue du film, ou les machines à écrire de Woodward (Robert Redford) et de Bernstein (Dustin Hoffman) nous livrent les comptes-rendus des procès concernant l'affaire du Watergate. Une conclusion qui brille par son éclatante mise en scène.