poster_truegrit_templedeacero

Genre : Western

Réalisateur : Joel & Ethan Coen

Synopsis :

Mattie Ross engage le marshal Reuben Cogburn afin de retrouver l'assassin de son père qui à fuit en territoire indien. Le texas ranger LaBoeuf les rejoints afin de le capturer et le ramener au Texas pour le meurtre d'un gouverneur.

True_Grit_2


Avis :

Quand Hollywood veut revenir au galop vers ses heures de gloires, il fait appelle aux frères Coen. True Grit est un magnifique hommage aux westerns avec toujours le pessimisme qui fait les grands films du duo.

True Grit, c'est l'adaptation d'un film homonyme qui a valu à John Wayne son unique oscar, qui lui même est adapté d'un roman de Richard Portis. Ceux qui n'ont ni lu, ni vu les deux matériaux d'origines auront donc la chance d'avoir un regard neuf pour découvrir cette histoire de vengeance dans le Middlewest Américain de la fin du XIX siècle. Un coin que les frères Coen connaissent comme leur poche. On retrouve donc dans True Grit toujours les mêmes figures : le marshal alcoolique et désabusé qui à encore des valeurs humaines, le texas ranger habillé comme pour le Mardi Gras et motivé par l'argent, le vilain qui prend son plaisir qu'en détruisant le monde qui l'entoure (à l'instar d'Anton Chigurh dans No Country For Old Men). Un trio d'homme ou atterrit Mattie Ross, une jeune fille de 14 ans au tempérament de feu, qui se donne comme combat d'appliquer la loi à la lettre. Elle élève le débat alors que Labeouf et Cogburn se chamaille comme des gamins, ré-aiguille régulièrement Cogburn sur le chemin de la justice et de l'honneur. Comme toujours chez les Coen, la démarche des personnages est celées dans la fonte. Aucun changement, aucun revirement psychologique (si ce n'est peut être le sursaut de solidarité de LaBoeuf), ces héros malheureux voient une fois de plus filer le temps, sans pour autant chercher à le rattraper. Le film pose aussi les bases du Middlewest des Coen, monde rurbain paradoxal (à l'image de ce proverbe qui ouvre le film : "le méchant prend la fuite sans qu'on le poursuive") ou se mêle les valeurs ancestrales (ici la religion), le capitalisme et le troc (scène totalement loufoque ou un indien récupère un pendue non pas pour l'entérer dignement mais pour l'échanger avec un pseudo dentiste). "Tout se paie, sauf la grâce divine" nous dit en substance le personnage de Mattie en ouverture. True Grit le prouve tout au long du film avec une poésie plus d'une fois éblouissante (à l'image de cette magnifique fermeture).

True_Grit_3

Un western classique ou les réalisateurs reprennent les codes visuels (grands espaces, découverte de la ville par un mouvement de caméra à la Il Etait Une Fois Dans L'Ouest) tout en y intégrant leurs touches, avec des rencontres toujours aussi ubuesques (l'hilarante négociation avec un maquignon ou la rencontre surréaliste avec le dentiste) tapisser de dialogues cyniques d'une finesse et d'une drôlerie toujours aussi surprenante (la délicieuse joute verbale lors du procès de Cogburn). Rare sont les remakes qui sont à ce point empreinte du style de leurs réalisateurs, et les Coen prouve que l'on peut remodeler une référence sans pour autant vendre son originalité au diable. Une touche d'humour et d'ironie qui permet de faire passer magnifiquement ce rythme lancinant, marque de fabrique des cinéastes, mettant alors en valeur les éclats de violences brutes qui ponctuent le film. Ici, la violence est constante, à la fois dans les dialogues (Mattie Ross ne se gêne pas pour pousser ses partenaires dans leurs retranchements), mais également par la tension dramatiques qui parcoure le film, accouchant alors parfois de magnifiques séquences d'action aussi brèves que magnifiquement maîtrisées (à l'image de cette furie éclaire dans la chaumière en milieu de métrage). Esthétiquement, le film est apothétotique, la photographie de Roger Deakins touchant simplement au divin. Qualitativement parlant, Carter Burwell signe avec True Grit sa plus belle partition, parfumant le film d'une douce nostalgie. Les acteurs viennent parachever ce vent de génie qui souffle sur le film, avec deux excellents acteurs qui se donnent magnifiquement la réplique (truculent Jeff Bridges, impressionnant Matt Damon) et une jeune actrice qui pulvérise tout, prometant de magnifique moment de cinéma à l'avenir (Hailee Steinfeild, ahurissante). Signalons également les très bonnes prestations de Josh Brolin et de Barry Pepper.

True Grit est donc une excellente cuvée des frères Coen. Violent, poignant, sublime, ce retour aux grandes épopées est une immense réussite.