large_495523

Genre : Horreur

Réalisateur : Daniel Stamm

Synopsis :

Le révérend Cotton Marcus fait un reportage afin de montrer que les exorcismes sont des canulars. Il se rend alors à Ivanwood ou il y aurait une jeune fille possédé par le démon.

The_Last_Exorcism_2


Avis :

La camera vidéo est aujourd'hui le symbole du renouveau du film de genre. Dernier exercice de style en date : Le Dernier Exorcisme, film produit par M. Eli Roth.

Le Dernier Exorcisme est surement le film le plus complet du genre "horreur reportage". Le film transcende l'effet de style pour délivrer un vrai film, avec une véritable histoire derrière. Pendant vingt bonne minutes, le réalisateur allemand Daniel Stamm nous livre un portrait authentique du révérend Marcus Cotton. Un type extrêmement sympathique mais conscient que le message religieux se fait avant tout par l'esbroufe oratoire de son messager. Quelques scènes de messe nous montre d'ailleurs parfaitement que Cotton tient ses paroissiens par les rouflaquettes. Tout est fait pour nous rendre ce type sympathique et ordinaire, proche du peuple (nous confiant son besoin d'argent afin de payer les soins pour son fils sourd). Il nous confie aussi ses doutes concernant les pratiques religieuses, en particulier les exorcismes. Il se lance alors dans une entreprise de reportage afin de prouver que les exorcismes n'ont rien de mystérieux. Pendant les 1h25 de métrage, le réalisateur (ou le révérend) tente de prouver qu'il n'y a rien de vrai dans ses manifestations démoniaques et de convaincre le père de la petite Nell de l'emmener voir un psychiatre. Les évènements filmés sont très ambiguë puisque, si la jeune fille présente toutes les caractéristiques d'une possession démoniaque en bonnet du forme (ponctué par quelques exercices de gymnastique très périlleux), le révérend croit dur comme fer qu'il y a une explication médicale à tout cela. Le film joue sur les deux tableaux comme il joue sur les deux matériaux : à la fois documentaire (une réalisation camera à l'épaule et à l'arraché) et film de cinéma (renforcé par l'intrusion d'une musique d'ambiance extra-diégétique et l'utilisation d'un montage très cinématographique).

The_Last_Exorcism_3

Mais là ou Daniel Stamm surprend, c'est qu'il ne fait pas de l'horreur pour de l'horreur. Alors que beaucoup de cinéaste se serait contenté de nous recracher un simple diaporama de scènes d'exorcismes sans queue ni tête et nous faire croire que c'est orignal parce que c'est filmé en mode reportage, Daniel Stamm ne se fixe pas que sur son parti-pris esthétique mais choisit plutôt de plonger progressivement le spectateur dans le bain du fantastique comme dans un vrai film. D'abord par cette petite présentation par le révérend Marcus de la Louisianne, "terreau de tout un tas de légende". Un beau et très juste panorama de cette région particulièrement fertile en ce qui concerne les mythes et les diverses pratiques religieuses. Ensuite, le cinéaste prend son temps pour livrer un suspens irréprochable comme pour magnifier les quelques éclats horrifiques qui, si ils ne sont pas impressionnants visuellement, cultivent cette ambiguïté entre explication scientifique et illumination catholique par cette apparente authenticité des évènements relatés. Un rythme de montagne russe qui permet également d'accroitre l'impact de son terrorisant final, nous faisant presque oublier sa démesure. Les acteurs, tous inconnus du grand public, ajoutent de la crédibilité à l'entreprise, en particulier l'excellent Patrick Fabian interprétant à la perfection le rôle de Cotton Marcus. La jeune Ashley Bell fait également des étincelles dans le rôle de Nell, la jeune fille soit disant possédé par le diable.

Le Dernier Exorcisme donne donc un bon coup de fouet au genre non pas grâce à son choix artistique, mais grâce à une excellente gestion du suspens et de l'horreur.