Salt

Genre : Action

Réalisateur : Philip Noyce

Synopsis :

Evelyn Salt est une dés agents les plus performantes que compte la CIA. Alors qu'elle interroge un transfuge russe, celui ci révèle qu'un attentat contre le président russe se prépare sur le sol Américain, et qu'elle est l'agent mandaté pour l'assassiner.

Salt_3


Avis :

Philip Noyce, le réalisateur de Jeux de Guerre et de Danger Immédiat, revient au thriller d'action et signe sa seconde collaboration avec Angelina Jolie. Cela donne un film loin d'être mauvais.

La bande annonce annonçait la couleur : c'est un film qui bouffe à tous les râteliers, de Meurt un Autre Jour à La Vengeance dans la Peau, en passant par Hitman ou bien encore XIII. Philip Noyce n'a donc pas peur du plagiat puisque, du scénario à la mise en scène, le réalisateur pompe prodigieusement la nappe phréatique du cinéma d'action et d'espionnage de ses dernières années. De plus, le scénario est un modèle dans le genre fourre tout. Philip Noyce et le scénariste Kurt Wimmer se charge de bourriner tous les ingrédients dans une seul et même valise afin de bien charger la mule (et au cas on ne puisse faire un second film). Du coupe, l'intrigue est relativement abracadabrante : un vieux ruskov raconte gentiment à la CIA sa petite histoire super claire et pas du tout mystérieuse : un russe patriote a eu l'ingénieuse idée de créer un transfuge de "A La Recherche De La Nouvelle Star", sauce vodka et agent double, tout cela pour ourdir un fabuleux complots trans-siberien afin de faire profiter au plus vite au président russe des bienfaits d'un repos dans une boite en sapin. Rien de bien méchant, ci ce n'est qu'Angelina Jolie est dans le caca jusqu'aux racines de cheveux, étant donné que c'est elle le contact chargé d'éliminer la cible. Du coup, elle prend ses jambes à son coup et fuit les autorités, tout en essayant de démêler l'intrigue à grand coup de coloration de cheveux l'Oréal. L'intrigue n'est donc pas super original (la chasse à l'homme à été mille fois resservit sur table, et en mieux),boursoufflée par des tonnes de détails qui n'apporte rien de plus à l'affaire, même si, avouons-le, le récit cultive assez bien le doute autour de la personnalité de Salt, créant ainsi un suspens suffisamment solide pour tenir en haleine le spectateur.

Salt_2

Philip Noyce mise donc avant tout sur l'action, et on ne peut que le féliciter d'avoir fait un emballage cadeaux des plus séduisant. L'atout charme du film, c'est bien évidemment Angelina Jolie. Autant elle peut être gentille (elle fait des pancakes à son mari et apprend à plier une serviette de table pour son anniversaire de mariage), autant quand on l'accuse de jouer la Mata-Hari pour les rouges, elle a les Bournes qui lui montent aux orbites. Elle devient alors un véritable couteau suisse multi fonction. Quand on a l'impression d'en avoir fait le tour, on découvre encore d'autres trucs. Elle sait ratiboiser les vestiaires à la recherche d'une nouvelle chabka, jouer les Spidermen dans les cages d'ascenseurs, courir pied nu sur le goudron sans se salir la plante des pieds, faire de l'alpinisme sur sa façade d'immeuble ou jouer à saute-mouton avec des poids-lourd sur un échangeur. Une arme de destruction massive avec des longs cheveux blonds en somme (aucun rapport avec MacGyver). Mais, outre les capacités physiques tout bonnement extra-terrestre de la femme (avec quelques scènes aussi grosses qu'une dinde fourré aux marrons), c'est le jeu de l'actrice qui subjugue. Alors que dans The Tourist et Tomb Raider, elle est d'une expressivité qui ferais passer Eve Angeli pour une actrice de composition, elle devient ici une fabuleuse comédienne, qui sait donner vie aux émotions de son personnage. Du coup, elle nous apparait sympathique et on prend fait et cause pour son histoire rocambolesque. Les autres acteurs sont aussi convaincants, en particulier Chiwetel Ejiofor en agent du contre-espionnage retord. Un film qui, malgré les multiples flash-back sans grand intérêts, reste très efficace, avec quelques belles séquences de bravoures à la clé et une musique dynamique, à défaut d'être inventive.

Bien que peut original et armé d'une histoire trop rocambolesque pour être authentique, Salt demeure un bon divertissement grâce à la crédibilité de son actrice principale, ainsi qu'a l'efficacité que Philip Noyce à insuffler au récit.