600_Kilos_d_Or_Pur

Genre : Aventure

Réalisateur : Eric Besnard

Synopsis :

Cinq français décide de voler l'or d'une exploitation Canadienne en Guyanne. Mais rien ne se passe comme prévu et se retrouve alors piégé en pleine jungle.

600_Kilos_d_Or_Pur_3


Avis :

Après son sympathique Cash, Eric Besnard tente de rendre hommage aux films d'aventure français des années 60. Un paris très risqué au résultat mitigé.

600 Kilos d'Or Pur est le genre de film auquel on pardonne facilement ses faiblesses, qui sont pourtant loin d'être bénignes. Eric Besnard veut ici rendre hommage aux grands films d'aventure français, époque Taxi Pour Toubrouk et 100 Milles Dollars au Soleil. Pour cela, il reprend les bases de son Cash, à savoir faire un caper-movie (un film de braquage dans le plus pur style américain, genre Inconnu de Las Vegas, La Grande Evasion, Ocean's Eleven ou Cash, le genre de film ou on peut caser beaucoup de tête connu pour valoriser un film et/ou un scénario à tiroir). Il est donc question ici de braquage : cinq types projettent de dévaliser une mine d'or en Guyanne. Mais déjà, le projet commence mal puisque le cerveaux (on peut résolument lui octroyer ce statut) meurt, assassiné par des yamakasi en quad. Du coup, c'est sa femme qui reprend le flambeau. Mais une fois l'opération lancé et l'hélicoptère en marche, la gentille femme décide de sauver une pauvre Guyannaise, une ancienne employée, enceinte jusqu'aux yeux, afin de la sauver de la misère. Ceci retarde donc la fuite, ce qui donne le temps aux mineurs de découvrir la supercherie et de canarder l'hélicoptère, sérieusement amoché et contrait atterrir en catastrophe en pleine jungle Guyannaise. Une fois nos petits nègres englués dans la jungle, le film peut alors commencé. Abordons tout de suite le gros probléme du film : le rythme. Bien que les dialogues soit savoureux, le film manque sérieusement de punch. Il n'y a pas réellement d'action, si ce n'est à petite dose et de façon épisodique. En même temps, le film n'a pas l'étoffe d'un grand film : à plusieurs reprise, on sent visuellement un évident manque de moyen (incrustation assez laides de certains effets numériques) avec une réalisation qui laisse (trop souvent) place aux magnifiques paysages de jungle, parsemé de quelques mouvements de camera parfois très étranges (à la fin du film par exemple, ou la camera suit deux papillons en train de voler).

600_Kilos_d_Or_Pur_2

Pour autant, on sent l'envie de créer quelque chose, de faire un film diffèrent de ce que l'on peut voir actuellement dans les salles. Dans un premier temps, ce qui frappe dans ce film, c'est l'atmosphère sombre qui y règne. Si la première demie-heure laisse planer un peu le doute autour du genre (comédie ou aventure), la suite des évènements vient finalement rayer de la carte le genre comique. Le film devient de plus en plus implacable, de plus en plus violent. Les personnages présents dans le film font énormément penser au fatalisme du personnage de Belmondo dans Le Professionnel de George Lautner. Derrière leurs apparentes ironies (quelques répliques font mouches, notamment celles réservées à Patrick Chesnais), tous les personnages sont marqués par la mort. Il n'y a donc rien de drôle dans le film, et c'est ce qui fait son originalité et sa réussite. Les acteurs sont aussi très bons. Outre Patrick Chesnais, et Clovis Cornillac en ersatz plutôt convaincant de Lino Ventura, c'est Bruno Solo qui se révèle au sein du film. Lui qui, d'habitude, est cantonné aux rôles de petit looser, de gentil naïf, de bonne poire un peu narquois, détient ici un rôle ne or. Bruno Solo incarne à la perfection une vraie pourriture, une ordure comme le cinéma n'ose plus en faire. De plus, il met en valeur la folie de son personnage d'une façon peu commune. C'est donc l'immense surprise du film, et cette interprétation fiévreuse mérite tout l'or du monde. Tout comme la musique de Christophe Julien, s'inspirant des compostions d'Ennio Morricone pour le cinéma français, tout en y incorporant des sons exotiques. Enfin, ultime qualité du film : il fait voyager, chose devenue assez rare dans les productions hexagonales.

Malgré un rythme malade et un manque de moyens parfois évident, 600 Kilos d'Or Pur possède un charme particulier : offrir un dépaysement totale dans un climat aussi sombre, moite et épais que la jungle dans laquel se déroule l'intrigue. Un mélange suffisamment rare pour être signalé.