The_Expendables

Genre : Action

Réalisateur : Sylvester Stallone

Synopsis :

Une unité d'élite, appelée The Expendables, parcoure le monde afin de gérer des situations délicates. Ils sont envoyés sur une péninsule, dans le golfe du Mexique, afin d'éliminer un dictateur.

The_Expendables_2


Avis :

Sly revient derrière la camera pour un film de pote, avec tous ces vieux copains de castagne. The Expendables s'annonce dantesque mais le résultat n'est pas tout à fait à la hauteur.

Il y a eu l'excellent Rocky Balboa, sublime dernier souffle de vie du célèbre boxeur. Puis il y a eu John Rambo, baroud d'honneur explosif de notre guerrier préféré. Et il y a désormais The Expendables, film d'action bourré de testostérones et d'hormones s'inspirant des meilleurs (pires ?!) film d'action de série B (genre Cliffhanger, film depuis devenu culte). Sylvester Stallone ne s'est pas privé pour faire la promotion de son nouveau bébé en alimentant quotidiennement son projet de rumeurs, nous promettant monts et merveilles, nous faisant baver devant une brochette d'acteurs de plus en plus imposante. Le résultat est en parti conforme aux dires du réalisateur : il y a de l'action, beaucoup d'action. Outre la prise d'otage d'ouverture, tout droit sortit d'un épisode de Tom Clancy, il y a cette phénoménale attaque en avion, une périlleuse poursuite en voiture, un final bien chargé en C4, et plein de petits fights labellisés "WWE Raw Smackdown over the top for the fight of all time" (du catch quoi !). Ces scènes sont correctement réalisés et exécutés par des champions en la matière (Steve Austin et Randy Couture qui se foute sur la gueule avec un plaisir non dissimulé). Du coup, le film fonctionne à plein régime sans que le spectateur puisse trouver le temps long. Les acteurs semblent également prendre plaisir à jouer les déménageurs bretons et à se taquiner avec des petites blagounettes perso (Sly est une vielle baraque bien rouillé, Li un petit chinois qui s'infiltre partout). On retiendra avant tout Mickey Rourke en Q pour charpentier, ainsi que Eric Roberts en méchant agent pas beau, qui roule son pantin de dictateur dans la coke. Et puis il y a cette rencontre entre Schwarzy, Willis et Stallone, pétris de répliques cinglantes. Mais cela ne fait pas tout.

The_Expendables_3

Parce que, au delà du spectacle pyrotechnique, le film n'est pas spécialement aboutit. Passons sur la philosophie de comptoir Anne Roumanoff de Sylvester Stallone puisque cela a toujours été une carte de visite pour lui. Le probléme, c'est qu'il y a trop de personnages et, du coup, le cinéaste fait du tri sélectif : Stallone et son béguin pour la belle latino en pick-up, Statham et sa concubine qui préfère se faire déboiter le sifflet par un salopard de beau gosse basketteur que de se faire dorloter par son ex petit copain. Mickey Rourke à même le droit à son petit moment de déballage sentimental, révélant alors qu'il n'est pas le type superficiel qu'il semblait être. Enfin, il y a les autres personnages, qui comptent un peu pour du beurre, tout juste coloré par quelques traits de personnalités qui sentent plus le remplissage qu'autre chose. On touche donc le point sensible du film : a vouloir trop en faire, Stallone torpille ses personnages, reléguant certains acteurs à de simples potiches. Le pire, c'est ce pauvre Dolph Lundgren, vrai faux méchant au rôle totalement ingrat. Autre point : l'humour entre pot,e héritier des action-movies des années 80, ne marche bien souvent pas. Les sarcasmes que se lancent les protagonistes entre eux prêtent bien évidemment à sourire mais, franchement, elles manquent de punch et d'universalité. Les répliques ne deviennent  pas instantanément cultes, et c'est ce qui fait de Expendables un film pas forcément inoubliable. Enfin, l'histoire est un peu plan plan, avec ce vilain dictateur qui n'est en fait qu'un pauvre petit bougre dans cette triste affaire, et la mini-romance que vie Stallone avec la jolie latino témoigne de la chasteté et de la bienfaisance désormais établit de Sly Stallone (il avait déjà retenu sa libido pour Julie Benz dans Rambo).

The Expendables est donc un film action-movie vraiment sympathique et plutôt bien fichu techniquement. Mais l'intrigue et les personnages ne sont pas exploités à leur juste valeur, et l'humour n'est pas fameux .