King_Rising

Genre : Aventure

Réalisateur : Uwe Boll

Synopsis :

Farmer part combattre le diabolique Gallian, qui a tué son fils et kidnappé sa femme Solana. Il découvre lors de sa quête qu'il est le prince hériter du trône.


Avis :

Parce que Uwe Boll mérite bien mieux qu'une simple succession de pharse, il aura le privilége aujourd'hui d'avoir une critique illustré d'un de ses fameux bouillons de plans indigestes.

King_Rising_2

Uwe Boll est un grand sensible ! Il adore les réunions de famille autour d'une bonne soupe. Mais bien que la démarches du réalisateur soit louable, il n'arrive pas à nous captiver et à nous émouvoir, les relations entre les membres de la famille sentant fortement le papier crépons. Du coup, quand le gosse sera liquidé (pas dans la Vologne, je vous rassure) et la femme kidnappé, ou restera de marbre. Et puis vous y croyez vous Statham en papa poule ?

King_Rising_3

Le grand méchant c'est lui : Gallian ou le Saroumane discount. Bien que Ray Liotta soit un excellent acteur, la direction est un élément essentielle pour crédibiliser ses personnages (ce que ne semble ne pas comprendre Uwe Boll). N'est pas Christopher Lee qui veux !

King_Rising_4

Matthew Lillard est définitivement un acteur de composition. La preuve avec cette photo ou il exécute un numéro d'acteur tout simplement bluffant.

King_Rising_5

Un peuple qui vit dans la forêt, en osmose avec les lianes des arbres. L'occasion de réutiliser la plantureuse Kristina Loken, actrice masochiste au possible (elle s'est précédemment embourbé dans Bloodrayne, autre production puante de Uwe Boll).

King_Rising_6

Cette image se passe de tout commentaire concernant la richesse et la beauté des décors.

King_Rising_7

Burt Reynolds qui dort : un grand moment de cinéma !

King_Rising_8

Éclaire de génie de la part du réalisateur : un plan expressionniste !

King_Rising_9

Leelee Sobieski confirme ses influences de Buster Keaton : "le visage de glace".

King_Rising_10

Séquence émotion : Leelee Sobieski vient de perdre au grand concours Masterchef. Une élimination dont elle aura beaucoup de mal à se remettre.

Boll n'a définitivement pas de bol : une énième adaptation ratée sur les grandes largeurs. Je laisse le mot de la fin à mon ami Jean Pierre Coffe : "C'est de la merde !".