Suspicion

Genre : Thriller

Réalisateur : Stephen Hopkins

Synopsis :

Henry Hearst, célèbre notable de Port San Juan, est appelé par le capitaine Victor afin de clarifier son témoignage dans une affaire de violes d'enfants.

Suspicion_2


Avis :

Deuxième adaptation du roman Brainwash après le culte Garde à Vue, Suspicion livre un constat accablant sur la police et la condition humaine.

Stephen Hopkins peut s'enorgueillir d'avoir approché l'un des chef-d'œuvre du cinéma français avec Suspicion, film au combien captivant sur les mystères de l'âme humaine. Résolu à faire la lumière sur le viole et le meurtre de deux jeunes fillettes de bidonville, le réalisateur s'emploie alors, pendant 1h50, à manipuler Henry, son coupable, afin qu'il crache le morceaux. Se mettant toujours à la place du flic au grand cœur, bien décidé à mener son cochon jusqu'à l'abattoir, le réalisateur nous permet alors d'être de plus en plus septique face aux multiples versions de ce notable orgueilleux et qui n'a vraiment rien pour attirer la sympathie. Au fur à mesure de l'enquête, la personnalité de Henry se fissure, le vernis s'écaille, bien aidé par une épouse mystérieuse, qui fait également l'objet d'une manipulation certes plus fine mais tout aussi féroce. En même temps, quoi de mieux qu'un infanticide pour pousser les techniques d'interrogatoire jusqu'à leur paroxysme, d'accabler un notable qui n'a rien fait pour que cette ville, qui le porte au nue, soit un paradis pour tous. Mais, ce n'est pas forcement dans ce récit d'un simple quidam qui n'assume pas franchement ses orientations sexuelles, qui veut garder ses interrogateurs loin de son jardin secret, que réside la force du film, mais bien plus dans sa brillante mise en scène.

Car Stephen Hopkins fait d'excellent choix de mise en scène, qui embellissent le film, qui lui dote d'une élégante épaisseur, dont la plus belles des trouvailles est surement la mise en scène des récits-souvenirs. Intégrant à la fois la figure du conteur mais également celle des personnages témoins du récit, ce procédé dépasse le simple effet de style pour véritablement manipuler la véracité des faits racontés (la dérangeante incursion du capitaine Victor, qui agit littéralement sur les souvenirs de l'inculpé afin de le mener là ou il veut). Stephen Hopkins fait donc des merveilles, parvenant ainsi à dépasser l'unité de lieu et de temps que le récit lui imposait d'emblée. Ceci lui permet de créer un rythme extrêmement soutenu et d'installer une attente chez le spectateur, qui veut connaitre le fin mot de l'histoire, et ce quel qu'en soit les conséquences. Des qualités sublimées par une magnifique troupe d'acteur avec, en tête, le duo électrique que compose Gene Hackman et son partenaire Morgan Freeman, associé à la vicieuse douceur d'une Monica Belluci impériale et à la rage contenue d'un Thomas Jane très convaincant. Un mélange et un échange qui fonctionne parfaitement grâce à de très bons dialogues.

Suspicion est donc un thriller à priori banal, mais que son réalisateur transcende par une mise en scène au cordeaux. Une très bonne surprise.