Infect_s

Genre : Horreur

Réalisateur : Les Fréres Pastor

Synopsis :

Deux frères et leurs petites copines sillonnent les routes afin d'échapper à un virus mortel, cherchant en vain un abris pour passer la nuit.

Infect_s_2


Avis :

Sortit en catimini au cinéma en mai dernier, Infectés, premier film des frères Pastor, mérite bien mieux que l'indifférence des spectateurs à son égard.

Sous ses apparats de film de genre décomplexé (son casting composé presque uniquement de jeunes têtes d'affiche), sans le sous (pas d'effet spécial qui en met plein les mirettes), voir narnardeux (des dialogues parfois bêtes parsemés de punch-line éculées du genre "tous le monde meurt"), Infectés cache en réalité de très beaux atouts qui le rend vraiment brillant, le sortant un peu du lot des autres productions du genre bourrées de décors post-apocalyptique (Le Livre d'Eli, qui n'en reste pas moins un magnifique exercice de cinématographie) ou animées d'un pessimisme désarmant (La Route, qui n'en demeure pas moins un film extrêmement poétique). Le film des frères Pastor opte pour une étude quotidienne de la peur et de la survie via ce quatuor de personnage. En exploitant les fêlures du lien fraternelle, il met en relief celle de l'âme humaine, entre immonde lâcheté envers son prochain (l'abandon d'un père et de sa fille) et morale mystique factice (couple de femme chrétienne tout droit sortit de chez Stephen King), chacun des personnages se déchargeant de ses responsabilités.

Une exploration qui vient agrémenter un survival qui évite toute surenchère dans le gore ou dans le spectaculaire (des paysages désolés sans pour autant faire appel à du trucage numérique), pour se fixer sur la paranoïa de la contamination (souvenez vous de la grippe porcine et des réflexes : masque, gant, désinfectant) ainsi que sur ses personnages. Le film prend alors la tournure d'un voyage initiatique, qui ne s'embarrasse pas à expliquer quand et comment le virus existe et se propage, focalisant son récit uniquement sur les rencontres des individus (rencontres qui n'apportera strictement rien puisque tout le monde reste fermé aux autres). Le film préfère distiller une angoisse, un certains suspens (le séquence final opposant les deux frères) ainsi qu'un sens de la dramatisation qui fait plusieurs fois des étincelles (l'abandon d'un des personnages principaux entre autre). Mais pour cela, il faut passer par une entrée en matière asse classique pour ne pas dire assommante de simplicité (une tactique qui se révèlera tout de même payante, les réalisateurs nous réservant les meilleurs morceaux après la première demie-heure de film). Le casting est aussi très intéressant, notamment dans l'emploie de Chris Pine, habituellement catalogué dans le gentil héros et qui incarne ici un frère impitoyable et dégueulasse envers son frère cadet.

Infectés est donc un film pas mal réussit, qui mérite d'être découvert rien que pour son ambiance à la Stephen King et pour son acteur principal à la composition déroutante.