Un_Crime_Dans_La_T_te

Genre : Thriller

Réalisateur : Jonathan Demme

Synopsis :

Le capitaine Ben Marco rêve constamment de cette nuit ou Raymond Shaw, son ancien sergent maintenant candidat à la vice présidence, à sauver son escouade d'une embuscade. Sauf que, dans ses rêves, Shaw ne sauve pas l'escouade, et celle ci est emprisonné dans un étrange laboratoire. Marco décide alors de mener l'enquête.

Un_Crime_Dans_La_T_te_2


Avis :

Un Crime Dans La Tête est peut être l'un des seul remake qui vaille la peine d'être vu. John Frankenheimer ne se retournera pas dans sa tombe ce coup ci.

Pourtant, bien que Jonathan Demme ai un bon petit paquet de classique dans sa valoche (Philadelphia, Le Silence Des Agneaux), il nous avait désagréablement surpris avec La Vérité Sur Charlie, remake fade de Charade de Stanley Donen. Une expérience qui ne le refroidit pas mais qui, bien au contraire, revigore l'envie du cinéaste de livrer un remake honnête et de grande classe. Il y parvient sans mal avec Un Crime Dans La Tête. Ici, le film de Demme s'inscrit pleinement dans l'actualité du monde contemporain en utilisant la guerre du Golfe comme point de départ, déroulant par la suite ses sujets de réflèxion. D'un coté, il nous dépeint un monde militaire qui soigne sommairement et sans convictions ses traumatisés de guerre, qui se sont fourvoyés dans une guerre en remettant leurs âmes au diable (l'analogie entre les puits de pétroles embrasés et les flammes de l'enfer lors de la séquence d'ouverture est évidente). De l'autre, une belle leçon de manipulation mentale et médiatique, avec création d'une mythologie, d'un pedigree factice et truquée. Le film montre avant tout le conditionnement psychologique de la population (via la campagne électorale) et des militaires (via ses règles, réitéré à la toute fin du métrage) sur un ton infiniment subtil et pertinent. De plus, le récit n'est jamais manichéen (tous les personnages possèdent leurs cotés sombres) et le jeu des influences est profondément réaliste, amenant ainsi le spectateur à s'interroger sur le monde actuel.

Pour faire ingurgité cette richesse narrative au spectateur, le réalisateur passe par la case thriller paranoïaque. Le directeur de la photographie Tak Fujimoto réussit ici des décors, des lumières et des plans étouffants, ou l'on y retrouve fugitivement l'oppression du Silence Des Agneaux (notamment via des plans de face sans profondeur). Des plans qui se ferme de plus en plus à mesure que l'intrigue verse de plus en plus dans un climat malsain, voire glauque (lors des nombreux cauchemars de Marco par exemple). Demme se révèle donc un fin stratège, nous embarquant dans une intrigue extrémement sombre et poisseuse afin de nous faire adhérer à son point de vue et à son jeu de manipulation. Une recette animé par une magnifique troupe de comédiens : Denzel Washington porte brillamment son rôle d'homme perdu et parano, Liev Shreiber acquière avec son rôle un jeu plus subtile et ambiguë, et Meryl Streep impose sa femme à poigne avec une brillante monstruosité.

Un Crime Dans La Tête est donc un excellent remake, réactualisé avec beaucoup d'intelligence et de flaire pour nous immerger totalement dans une situation qui ressemble beaucoup à celle que l'on vit aujourd'hui.