Kiss_Kiss_Bang_Bang

Genre : Comédie

Réalisateur : Shane Black

Synopsis :

Harry Lockhart atterrit par hasard dans une audition, qui l'emméne tout droit à Los Angeles, afin d'être formé pour son rôle de détective. Mais sa formation va prendre un tour inattendu lorsqu'il va assisté au meurtre d'une femme.

Kiss_Kiss_Bang_Bang_2


Avis :

Ayant raccroché la plume de l'Arme Fatale, Shane Black reprend du service derrière le scénario et la camera, nous concoctant un divertissement d'enfer.

Voila ici l'exemple parfait pour illustrer ce que peut entrainer une utilisation minutieuse de la voix-off. Loin du simple effet de manche impuissant (voir Les Chèvres Du Pentagone), l'utilisation qui en est faite par Shane Black est vraiment cohérente et efficace. La voix et la diction inimitable du narrateur Rober Downey Jr. vient ici booster le film de façon occasionnelle, quand cela s'avère nécessaire et/ou utile. Cela permet d'induire une certaine dose de dérision (Downey Jr. qui se moque de son horrible talent de narrateur) ainsi qu'une modulation savoureuse du récit (petits historique des personnages, flashback, pause). Cette voix off est également là pour guider volontairement le spectateur, le film fessant ainsi un gros pied de nez aux productions d'aujourd'hui, ou, parallèlement à la monté en puissance de récits à tiroirs sans queue ni tête, le spectateur est assisté et pris pour une andouille. Cette voix off est le premier des facteurs de ce rythme endiablé et ce ton satirique et enlevé que nous livre le réalisateur, le second étant l'histoire. Une histoire totalement abracadabrante, se revendiquant totalement de cette inspiration granguinolesque, avec des conclusions capilotractés au possible et des rebondissements invraisemblables. Shane Black confirme ici sont talent de scénariste avec des dialogues savoureux digne de concurrencer ceux de l'Arme Fatale et des personnages toujours aussi charismatiques.

En premier lieu, Harry Lockhart, joué par l'excellent Robert Downey Jr. . Un looser de première qui se donne des aires de grands dandy qui manie le verbiage comme personne. Sauf qu'il ne connait pas sa grammaire (mélangeant nom et adverbe) et qu'il ne maitrise pas du tout les statistiques (la preuve lors d'une hilarante scène de roulette russe). Ce personnage est la parfaite représentation du spectateur, qui se trouvent comme lui propulsé dans une intrigue et un univers dont il ne connait aucunement les codes, si ce n'est que par son expérience devant les productions cinématographiques de ce genre. Vient ensuite Perry Van Shrike, détective gay bourrin interprété par un Val Kilmer en très très grande forme. Il représente le tuteur du spectateur et de Harry, qui s'amuse autant à résoudre des énigmes qu'à sabrer son compagnon d'infortune, donnant naissance à de délicieuses scènes comique. Un duo d'enfer auquel s'ajoute la magnifique Harmony, joué par la tout aussi magnifique Michelle Monaghan. Ces trois personnages ont tous leurs utilités au sein du récit et ne sont jamais sacrifiés par un soucis de timing. Coté technique, le film est irréprochable, Black étant autant à l'aise derrière sa camera que sa plume, et la photographie du métrage est superbe. L'auteur n'en oublie pas le coté policier de son intrigue, avec une belle poursuite finale, ainsi qu'une atmosphère de polar mitonné par la très bonne musique de John Ottman .

Kiss Kiss Bang Bang est donc une brillante comédie mâtiné de polar. Une divertissement drôle et haletant, interprété par un magnifique trio d'acteurs.