Les_Ch_vres_du_Pantagone

Genre : Comédie

Réalisateur : Grant Heslov

Synopsis :

Bob Wilton part en Irak afin de couvrir la guerre. Il rencontre alors Lyn Cassady, un représentant en pétrole. Il découvre alors que celui ci est en fait un ancien militaire qui participait à un programme top secret destiné à développer les pouvoirs télépathique de ses soldats.

Les_Ch_vres_du_Pantagone_2


Avis :

Grant Heslov a manié le buzz comme personne avec pour son troisième film. Un casting de star et une histoire totalement saugrenue ont suffit pour faire de ce film un évènement. Mais au vu du résultat, on en attendait peut-être trop.

Car Les Chèvres du Pentagone n'est pas la grande comédie que l'on attendait tous. Mais attention, ce n'est pas un mauvais film, loin de la puisque il possède tout de même des qualités indéniables. Tout d'abord, les acteurs sont vraiment excellents. George Clooney, grimé en Tom Selleck se débattant avec son barbecue solaire et qui impose ses visions fumeuses à son compagnon de voyage, est hilarant. Jeff Bridges en gourou est aussi très drôle, tout comme Kevin Spacey qui joue parfaitement avec son physique coulant et faussement gentil. Enfin, Ewan McGregor incarne à la perfection le scribouillard paumé. Le film se révèle aussi très corrosif par moment, notamment dans la peinture de la politique (par l'intermédiaire de l'excellent Robert Patrick, qui dégoise délicieusement sur notre ami Jacques Chirac) et du monde militaire. Le film est aussi très drôle lorsque il se moque gentiment des pouvoirs de Cassady ou quand il dépeint l'historique des différentes techniques de combat utilisés par la New Earth Army. Autant de talent au service d'un métrage qui n'impose pas sa différence sur le plan purement comique.

Car le film manque de quelque chose, il ne vas pas assez loin dans la dérision, dans l'humour, dans la folie. Certes, c'est drôle, mais pas de quoi s'en faire péter la pense non plus, surtout que l'humour repose toujours sur la même mécanique (se moquer des militaires, les transformer en hippie). De plus, les pointes d'ironies et de cynismes sont perdues au sein d'un récit trop riche pour un film de cet acabit, au point de parfois ennuyer le spectateur. Il faut dire que le gros problème, c'est la voix-off. Ce procédé peut autant valoriser un film, le rendre encore plus drôle, que le saboter. On se trouve ici dans le second cas, la voix de McGregor détruisant souvent les gags, donnant un coté trop descriptif à l'action et alourdi le rythme du film. D'ailleurs, le rythme est assez plat voir ronronnant. Rien de bien folichons coté divertissement non plus, tout juste quelques fusillades gentillettes et des combats aux corps à corps sommaires. Mais le pire, c'est l'épilogue, qui plombe tout avec ce coté paranormal qui est trop déstabilisant. Enfin, la musique de Rolfe Kent est à l'image de la réalisation de Grant Heslov : vraiment trop transparente et monochrome pour donner un semblant de vivacité ou de folie au film.

Les Chèvres du Pentagone est donc une comédie sympathiques mais qui n'est pas sensationnelle, la faute à une mécanique redondante et une mise en scène transparente.