Mesures_Exceptionelles

Genre : Drame

Réalisateur : Tom Vaughan

Synopsis :

Tentant le tout pour le tout, John Crowley, père de trois enfants dont deux sont atteint d'une maladie rare, contact un chercheur détenant la clé pour les soigner.

Mesures_Exceptionelles_2


Avis :

Avec Mesures Exceptionnelles, on pouvait s'attendre à un énième film pour pleurnichard qui se vide de ses poches lacrymales en voyant la déchéance de deux petits bout de choux. Mais le résultat n'est pas aussi direct.

Les drames ayant pour thème "les maladies incurables" prolifère comme des bactéries dans une boite de formole. Dernièrement, le cinéma nous à gratifié de Ma Vie Pour La Tienne (film que je n'ai pas vu), ou une petite cancéreuse luttait pour sa survit. Tom Vaughan frappe ici plus fort avec une maladie sortit tout droit du fin fond du Larousse Médecine : Maladie de Pompe. Du coup, on craint le pire, on sent le mélodrame guimauve à un kilomètre et, du coup, on se dit "encore un film pour suicidaire dépressif et pessimiste". Or, le film évite soigneusement le coté tire-larme de la chose. Certes, on nous montre clairement que la maladie de Pompe n'est pas un simple petit rhume (avec ce qu'il faut de jargon médical bien brumeux pour nous convaincre), et le film sombre vers le mélo optimiste à la toute fin du film. Mais au moins, le film nous assène pas avec des images impudiques et tristes pour nous convaincre : par exemple, la présentation de la famille Crowley évite les poncifs du genre, nous montrant un quotidien certes lourd mais qui comporte toujours ses petits plaisirs. Le situation médical tendue suffit à elle même pour tendre un suspens émotionnel fort, nous montrant à la fois l'aspect scientifique (avec le personnage du professeur Stonehill, qui vend son âme au diable pour pouvoir mettre en pratique ses théorie) et humain du sujet (avec John Crowley et ses enfants).

Le récit, évitant de devenir trop pesant pour le spectateur, se laisse alors déguster assez vite sans que cela ne semble trop long ou trop court. En 1h35, Tom Vaughan montre ce qu'il devait montrer pour arriver à ses fins : toucher l'auditoire. Un objectif atteint d'abord grâce au personnage de John Crowley, qui représente parfaitement l'archétype du père fort qui ne craque jamais devant ses gosses, que la très bonne interprétation de Bredan Fraser vient parfaire avec beaucoup de justesse. Ensuite via le personnage de Stonehill, excentrique professeur, que Harisson Ford incarne avec panache sans jamais verser dans le cabotinage abrutissant. Deux acteurs qui, une fois réunis, se donne parfaitement la réplique à travers des joutes verbales très souvent délicieuses, le tout fondé sur des répliques qui sonnent toujours justes, assaisonnées d'une petite dose d'humour bienvenue. Seul bémol dans le paysage de Mesures Exceptionnelles : une réalisation très peu convaincante et trop basique, qui donne un air de "téléfilm de luxe" à ce film.

Mesures Exceptionnelles est donc un drame très sympathique qui met la larme à l'œil mais ponctué de dialogues qui dynamites cette atmosphère de plomb. Carré et efficace.