Walkyrie

Genre : Biopic

Réalisateur : Bryan Singer

Synopsis :

Le colonel Claus Von Stauffenberg s'engage avec plusieurs généraux à tuer Adolph Hitler pour mettre fin à la Seconde Guerre Mondiale et sauver la pays de la ruine.

Walkyrie_2


Avis :

Walkyrie n'est pas seulement le film hommage sur la résistance Allemande, mais c'est aussi le billet de retour de Tom Cruise au sein du tout Hollywood. Ce double pari est gagné même si on touche pas ici au chef-d'œuvre.

Bryan Singer est un grand fan de l'époque 39-45. Il l'a prouvé avec le thème de l'épuration dans X-Men, puis avec l'héritage avec Un Élève Doué. Avec Walkyrie, il aborde de front cette période en mettant en lumière la résistance Allemande. Le cinéma à pendant très longtemps collé à l'Allemagne l'image d'un pays peuplé de tortionnaires sans cœur, en oubliant que quelques hommes, et notamment des généraux, ont voulus mettre fin à cette période noire. Avec ce film, on leur donne la possibilité de s'exprimer, et cette opportunité est utilisé. Le film met en évidence l'héroïsme de ces mutins, leurs prodigieux sens du sacrifice et ce de manière très touchante. Quelques séquences sont réellement poignantes (le salut Hitlerien de Stauffenberg qui dévoile son infirmité) voir déchirante (le final). L'émotion est donc présente à chaque instant, magnifié par la magnifique composition de John Ottman. De même, les motivations des personnages est subtilement décrit par quelques phrases, des attitudes. On distingue alors très nettement ceux qui joue franc jeu, ceux qui joue double jeu et ceux qui sont contre le complot. Enfin, le film dévoile tous ce qui à fait échoué l'opération : manque de chance, erreur humaine, frilosité de certains participants, un timing bousculé. L'exposition des faits est donc clair et complète même si quelques raccourcis historique ont été pris.

Mais tous ces éléments sont placés dans le cadre d'un thriller historique. C'est peut-être la le seul point faible du film : Singer à du mal à faire décoller son suspens. Alors que des films comme Vol 93 nous font oublier la finalité des évènements pour mettre en place un suspens implacable, Walkyrie garde toujours sa fin en perspective et, du coup, le frisson n'est pas constament garantit. Seul quelques séquences, notamment les trois attentats ou la visite au Fuhrer dans son nid d'aigle, font preuve d'un certains suspens, mais le tout retombe quand même assez vite. Heureusement, la réalisation ainsi que le montage exemplaire font merveille, tout comme le casting, qui distille l'émotion avec parcimonie. Tom Cruise est très crédible dans le rôle du colonel Stauffenberg, apportant ce qu'il faut de sincérité et d'émotion à son personnage sans jamais en faire des tonnes. A ses cotés, Bill Nighy et Keneth Branagh sont excellents de charismes, tout comme Terence Stamp, malheureusement très peu présent à l'écran. Face à eux, Tom Wilkinson est impérial, interprétant brillamment un officier ambiguë.

Walkyrie est donc un excellent film, qui n'atteint certes pas les cimes du genre, mais il met en lumière une page assez méconnue de l'histoire Allemande durant la Seconde Guerre Mondiale. Face à la sincérité du résultat, on pardonne facilement ses petits défauts.