Le_Jour_Ou_La_Terre

Genre : Science-Fiction

Réalisateur : Scott Derickson

Synopsis :

Une énorme sphére attérit sur Terre. Klaatu, son unique passager, prédit alors la fin prochaine de notre monde. Helen Benson, une scientifique, tente de convaincre l'extra-terrestre d'épargner les hommes.

Le_Jour_Ou_La_Terre


Avis :

La mode du remake ne semble pas essouffler Hollywood et son inimitable sens du fric. Dernièrement, c'est le film de Robert Wise qui en a fait les frais.

Le résultat que nous livre Scott Derickson est tout juste passable. Pourtant, il y avait une pointe de nouveauté dans cette nouvelle recette. Exit donc la menace nucléaire sur fond de guerre froide et de coco en furie, bienvenu à la "green" attitude. Du coup, finit la vielle assiette en guise de vaisseaux inter-galactique, bonjour la sphère, forme ample, épuré et sans fioriture. Un vaisseaux qui est d'ailleurs magnifiquement modélisé, et dont le rôle d'arche est vraiment bien trouvé par le scénariste. On peut également accueillir un géant noir impressionnant en lieu et place du robot ridicule de l'original. Mais les bonnes intentions s'arrête là puisque le reste est totalement convenu. Tout d'abord, le message écologique s'effrite totalement au profit du pur divertissement. Rien ne vient nous convaincre qu'il faut changer nos habitudes afin de sauver notre Terre. A contrario, le réalisateur nous rabat les tympans avec notre inhumanité crasse, accueillant le premier E.T. venu avec des chars d'assaut et une pelleté de missile. "C'est au bord du précipice que l'on change" : ouai, ouai, c'est ça, et mon cul c'est Marie Madeleine ! Et le coup du "il y a rien de plus beau que Bach" vient définitivement nous achevé (si l'histoire de la relation belle mère/beau fils ne l'a pas déjà fait avant).

Autre petite perle : Keanu Reeves. On le connaissait aussi expressif qu'une courgette. Dans le rôle de Klaatu, il est aussi expressif qu'une échalote. Pas de quoi mettre du beurre dans les épinards du film qui n'en finit pas de tomber dans les sentiments imbéciles. Un abrutissement qui trouve son point d'orgue lors de la douloureuse séquence au cimetière, le récit vomissant deux hectolitre de gloubiboulga sur les pompes des spectateurs. Jennifer Connely aide beaucoup également à endormir le spectateur. Elle, habituellement lumineuse, se révèle ici totalement transparente. Il faut dire qu'elle se traine cette tête à claque de Jaden Smith, profondément irritant dans un rôle qui n'aide pas beaucoup, le personnage étant totalement antipathique (mais qui parvient, par miracle, à convaincre ce con de Klaatu de sauver notre bonne vieille planète). Sans compter sur Kathy Bates, véritable peau de vache et qui se fringue avec les rideaux de sa grand-mère. Ne surnage que le capital sympathie que possède Kyle Chandler (bien que cela soit un pourris dans le film), Jon Hamm (qui à un charisme assez magnétique) ainsi que quelques scènes d'action sympathiques à défaut d'être inoubliables.

Le Jour Ou La Terre S'Arrêta tombe donc du coté des productions bidons, qui n'apporte rien de nouveau et qui à beaucoup de mal à s'encrer dans notre réalité.