A_la_Poursuite_d_Octobre_Rouge_1

Genre : Espionnage

Réalisateur : John McTiernan

Synopsis :

En pleine Guerre Froide, le capitaine soviétique Marko Ramius est envoyé afin de tester un nouveau type de sous-marin, capable de naviguer sans bruit. Il profite de cette manœuvre pour passer à l'Ouest, mais les Américaines le croient hostile. Jack Ryan, agent de la CIA, est le seul qui croit aux intentions pacifistes de Ramius, et va tout faire pour le prouver.

A_la_Poursuite_d_Octobre_Rouge_2


Avis :

De McTiernan, on retient très souvent Predator, Piége de Cristal ou Une Journée En Enfer. On oublie très souvent A La Poursuite d'Octobre Rouge, une de ses plus brillantes réalisations.

Ici, le maitre de l'action rencontre le maitre de l'espionnage Tom Clancy. A eux deux, ils forment un tandem de haut vol pour une poursuite en eau profonde. Comme toujours, une belle toile de fond propice aux coups bas et aux secrets d'état (La Guerre Froide quand tu nous tiens), avec toujours une technologie au centre de toutes les attentions (ici un sous marins). Alors question : les américains sont t-ils comme toujours les sauveurs de l'humanité ? La réponse est oui, mais elle est à nuancer. McTiernan n'est pas là pour délivrer un quelconque message, ou bien faire une peinture au vitriole du système de défense des États-Unis. Il joue avant tout la carte du bon gros divertissement qui amuse et divertit. Mais on aurait pu craindre un côté propagande du rêve Américain par l'action de Ramius, qui désire passé du coté Occidental. Cependant, cette livraison brut du divertissement est nuancé par quelques idées. Tout d'abord, le commandant passe à l'Ouest par dépit et déception du système Communiste (il ne justifie d'ailleurs jamais son acte par un désir de liberté). Ensuite, les clichés utilisés par le réalisateur se fait dans les deux sens : les militaires et politiciens Américains sont bourrins et vicelards, les Communistes se font passer pour de véritables truffes aux yeux du monde. Le fait donc que tout le monde est logé à la même enseigne rend beaucoup plus honnête l'objectif premier du film : divertir.

Et là aussi, le réalisateur ne fait pas que dans l'explosion à tout vas. Il fait preuve de beaucoup de doigté pour poser son film sur des bases solides. La mise en place des enjeux, des personnages, des rebondissements se fait en douceur et de façon très clair, n'embarrassant jamais le spectateur avec des détails inutiles. Du coup, même si la mise en place est faites sans pyrotechnie, elle happe inévitablement l'attention. Vient ensuite quelques beaux morceaux de bravoure (hélitreuillage en plein océan, la poursuite final phénoménal) et un excellent suspens sub-aquatique (avec une utilisation parfaite des sonares). Le tout sans jamais verser dans l'esbroufe, avec quelques pointes d'humour bien sentis tout en gardant une atmosphère moite à souhait. Il faut pour cela saluer la qualité de la bande-son, composé par la grand Basil Poledouris, avec un thème qui restera dans les anales. L'interprétation est également de qualité : Alec Baldwin est parfaitement crédible, tout comme Sean Connery, parfait en commandant aussi tyrannique et clairvoyant.

A La Poursuite d'Octobre Rouge est donc pas qu'un film de sous marins, mais un brillant film d'espionnage, crédible et divertissant.