Angles_d_Attaque

Genre : Action

Réalisateur : Pete Travis

Synopsis :

Le président Ashton se rend à une conférence sur l'anti-terrorisme à Salamanque, afin de convenir d'un accord avec les grands dirigeants arabes. Mais celui ci ce fait assassiner en pleine cérémonie. Un évènement vécue par plusieurs personnes de manières différentes.

Angles_d_Attaque_2


Avis :

Après Omagh et quelques téléfilm, le britannique Pete Travis arrive à Hollywood avec Angles d'Attaque, film d'action choral autour de l'assassinat du président des États-Unis.

Petit protégé de Paul Greengrass, Pete Travis arrive donc à Hollywood. Ce film est assez ambitieux compte tenu du sujet (terrorisme et assassinat) et de son traitement (choral). Autant dire de suite que le film ne dépasse pas le cadre du film sympathique, qui n'est ni un défouloir, ni une œuvre profondément intelligente. Pourtant, il aborde de nombreuses pistes de réflexion : la télévision et ses partis pris consensuels, la politique étrangère de l'Amérique, ou bien encore la référence à l'assassinat de JFK. Pourtant, le film laisse toujours ses intrigues s'évanouir au sein du récit, le cinéaste n'exploitant rien de ce qu'il nous promettait. Tout juste quelques remarques faussement féroces d'une régisseuse, un petit clin d'œil final à l'affaire JFK (pour l'enquête bâclée), et une petite pointe de sarcasme sur les États-Unis de la part du terroriste en chef. D'un sujet complexe, le réalisateur en tire donc une intrigue simpliste, trop vite expédié par un échelonnement trop abrupte des points de vue. Le niveau d'intérêt des personnages est également très aléatoire : si la régisseuse, les terroristes ainsi que le président des États-Unis balayent quelque pistes assez intéressantes (la complexité apparente des alliances, la couverture médiatique de ce genre d'évènement, les différents dégrées d'implication des terroristes), d'autres sont, au contraire, très dispensables (le touriste, le garde du corps déprimé). De plus, les motivations des criminels demeurent inconnues, ce qui frustre d'autant plus le spectateur.

Le rythme du métrage est assez maitrisé si l'on met de coté l'aspect répétitif du recit. Car on se refait quand même cinq fois l'attentat, avec presque systématiquement les même images de celui ci. Pour le reste, chaque personnages à la droit à son petit morceau de bravoure. Globalement, on à des courses poursuites à pieds plutôt captivantes même si assez peu spectaculaires. Il faut attendre la fin du film pour avoir du grand spectacle avec une poursuite en voiture tout droit sorti du final de La Mort Dans La Peau (aussi bien au niveau de la réalisation que du déroulement). Le rythme s'accélère donc considérablement, rattrapant ainsi la qualité du film. Les acteurs sont correctes, composant leur personnages avec ce qu'ils ont : on ne peut donc pas en vouloir à Forest Whitaker ou Ayelet Zurer pour leur transparence. Par contre, on aurait pu attendre beaucoup mieux de la part de Dennis Quaid, trainant sa moue constipé durant tout le film. Dommage également de retrouver Said Taghmaoui dans le rôle du terroriste de service. Heureusement, Sigourney Weaver, William Hurt et Matthew Fox relève un peu le niveau. Mais la qualité d'interprétation demeure tout de même assez médiocre.

Angles d'Attaque est donc un film bancal, qui aurait pu devenir un bon divertissement si le traitement de son sujet et des ses personnages n'était pas aussi superficiel.