La_Faille

Genre : Thriller

Réalisateur : Gregory Hoblit

Synopsis :

Ted Crawford à tué sa femme, qui l'a trompé avec un inspecteur de police. Willy Beachum, chargé de représenté le ministère public, croit tomber sur une affaire qui va être vite bouclée. Mais Crawford ne compte pas en rester là.

La_Faille_2


Avis :

Après une petite traversé du désert pour Gregory Hoblit, le réalisateur revient au thriller judiciaire avec La Faille, véritable retour aux sources du genre.

Peut-on encore innover dans le genre du thriller judiciaire ? Tout a déjà été fait et refait dans ce genre, il n'y a donc plus rien à changer. Par contre, ce qu'il faut, s'est s'inspirer de classique du genre policier. Ici, c'est Columbo qui vient à la rescousse de Hoblit et de son film. Car on sait qui est le tueur mais ce qui compte, c'est comment celui-ci va être démasquer par son adversaire. Le meurtrier, c'est Ted Crawford, expert en aviation, qui tue sa femme parce qu'elle copulait avec un flic deux fois par semaine. L'adversaire, c'est Willy Beachum, jeune avocat plein d'avenir, et dont sa prochaine accession à un cabinet d'avocat de grand standing va sceller se réussite sociale. Mais il est dépêché pour assister à l'audience concernant le meurtre perpétré par Crawford, et que celui ci est bien parti pour jouer sur la loi. Le film tourne donc autour de son titre, à savoir la faille des deux personnages. L'un est minutieux et adore les mécaniques bien huilées (les roulements à billes plus précisément), l'autre est arrogant. Deux points faibles qui vont mener ces deux personnages à leurs pertes.

Le film est donc certes pas très original sur le fond, mais il demeure extrémement efficace dans sa narration. Les rebondissements, bien qu'attendus, rythme parfaitement l'intrigue. Il faut dire que le personnage de Ted manipule à sa guise les lois, et montre que la justice possède elle aussi ses failles, avec les vices de formes et les requêtes. Le tout se termine bien évidemment sur un twist final, mais celui ci demeure crédible à défaut d'être impressionnant. La réalisation est également très bonne, tout comme la musique, emballant correctement le film. Mais c'est avant tout les acteurs qui rythment le film. Anthony Hopkins, qui est toujours partant pour jouer les hommes machiavéliques, incarne ici avec beaucoup de classe et de cynisme le riche Ted Crawford. Il en fait des tonnes certes (avec un festival de clin d'œil tout droit sorti de chez Hannibal Lecter), mais son talent marche toujours aussi bien dans ce film. En face, Ryan Gosling est impeccable, jouant à la perfection le jeune homme arrogant sans forcer mais sans pour autant paraitre transparent en face de Hopkins. Ce duo marche donc à merveille, avec un véritable face à face très souvent pas piqué des vers. David Strathairn, Rosamund Pike, Cliff Curtis et Billy Burke viennent parachever le casting.

La Faille ne sort donc pas des sentiers battus, mais le film de Hoblit est diablement rythmée par une excellente intrigue et par deux acteurs au meilleur de leurs formes.