Moon

Genre : Science-Fiction

Réalisateur : Duncan Jones

Synopsis :

Cela fait bientôt 3 ans que Sam Bell, technicien employé par Lunar Industries, est en poste sur la station Sarang sur la face caché de la Lune. A l'aube de son rapatriement sur Terre, d'étranges phénomènes viennent bouleversé le quotidien de Sam.

Moon


Avis :

On se demande parfois ce qui se passe dans la tête des distributeurs. Moon, film certes indépendant mais qui a reçu une liasse de prix, est toujours aux abonnés absent. Une honte quant on voit la qualité du métrage.

Moon
ne démérite pas du tout son statut d'œuvre culte. Car ce film respire l'honnêteté et le respect de la part d'un jeune cinéaste qui nous promet avec ce film de belle heures de cinéma dans le futur (si toute fois un studio lui laisse entièrement les commandes). Moon, c'est un bouillonnant mélange entre de multiples références cinématographiques. On y retrouvera volontiers le 2001 de Kubrick (pour l'ordinateur de plus en plus présent) ou Solaris (pour l'isolement) ainsi que Outland. Mais si Duncan Jones empreinte quelques pistes de réflexion à ses paires, le film demeure unique et diffèrent des précédents essais du genre. La Lune na pas finit de créer du mystère, qui plus est sur sa face caché. Jones fait donc preuve d'un grand sens du l'exploitation de ses thèmes afin de mener les spectateurs à une profonde réflexion sur eux même. On voit tout d'abord une analyse parfaitement maitrisée de la solitude dans l'espace. Le héros est accompagné d'un robot qui remplit toutes les fonctions : coiffeur, cuisinier, psy. La partie psychanalytique prend également une part importante du film, notamment par un tour de passe passe assez prodigieux (qui est le rebondissement principal du film). Ensuite, c'est également le coté scientifique qui se superpose à tout ceci. Ce film montre la chute du fantastique, du paranormal, de la croyance à un esprit supérieur, au profit d'un scientisme de plus en plus actif. Il n'y a plus rien d'exceptionnel ou d'irrationnelle : la science a désormais toutes les clefs de la vie et de la mort, et de tout le reste (une fois de plus, je n'en dévoilerais pas d'avantage sous peine d'éventer un des rebondissements du film). Enfin, c'est l'impossible écologie qui nous est présenté car, pour le bien de notre planète, il faut piétiner notre éthique et nos lois sur la condition humaine. Donc, derrière l'apparente sobriété de l'intrigue, se cache un scénario brillant et intelligent.

Ensuite, c'est le détonant travail de construction de l'univers rocailleux de la Lune qui subjugue le spectateur. Avec seulement 5 millions de dollars, Ducan Jones donne vie à son monde. Toute d'abord, le travail fournit pour l'intérieur de la base est absolument fantastique : les multiples variations de lumière ainsi que la blancheur immaculées des murs créer un espace de vie crédible et mystérieux. Mais ce qui est le plus fascinant, c'est l'incroyable effort donné pour récréer La Lune. Les nombreuses séquences se situant en extérieur (et ils sont nombreux) sont tout simplement extraordinaires. Les moissonneuses ainsi que les modules lunaires sont impressionnants, le paysage (si on peut appeler cela un paysage) est magnifique, nappé de superbes constellations d'étoiles. Et le désert lunaire prend vraiment vie sous nos yeux. Quant on pense que le film fut entièrement tourné en studio, on se dit que le cinéma est bien plus renversant quand le réalisme se trouve à porté de nos yeux. Un univers monstrueux enveloppé par la magnifique musique de Clint Mansell, dont le thème et une fois encore indélébile. Enfin, on ne peut conclure que sur l'excellente performance de Sam Rockwell, qui compose un personnage tenace, fragile, drôle, touchant, troublant. Il passe, durant les 1h30 que compte le film, par tous les répertoires de l'Actors Studio afin de créer un homme pétrie d'humanité. L'acteur gagne avec ce film ses galons d'acteur de composition et déroche indéniablement le rôle de sa carrière.

Moon est donc un magnifique coup de maitre. Le film est maitrisé de bout en bout par un réalisateur impliqué et talentueux. Une formidable leçon de cinéma.