12_Hommes_en_Col_res

Genre : Thriller

Réalisateur : Sidney Lumet

Synopsis :

Dans une affaire de parricide, douze jurés sont en délibération pour déterminer si le jeune est coupable ou innocent. Tous le pensent coupable... sauf le jurée numéro 8.

12_Hommes_en_Col_res_2


Avis :

Pour son premier film, le jeune Sidney Lumet réalise un coup de maitre. Rare sont les premiers films qui deviennent instantanément des chefs d'oeuvres du cinéma. 12 Hommes En Colère est de ces films là.

Ce film est un bijou de fluidité et de profondeur. Un film ultra moderne, qui brasse toutes les thématiques qui vont venir alimenter le cinéma des années 60-70 (les bas fonds, la sauvagerie des hommes, une justice trop aléatoire). Pour construire ce film, le cinéaste se sert de son expérience sur les planches pour mettre en scène ce débat. 12 Hommes En Colère garde donc ses origines théâtrales (ce film est une adaptation d'une pièce) et se nourrit du jeune passé de Lumet pour se bâtir une mécanique. Une mécanique bien huilé puisque, se déroulante comme une pièce de théâtre, il demeure un véritable film à part entière. Mais le film brille avant tout pour sa profondeur. Lumet livre une très belle réflexion sur le devoir de citoyen, que tout le monde bafoue plus ou moins intentionnellement. On à une brochette parfaite de tout les types de personnage : un râleur, un petit vieux, un architecte, un ancien délinquant, un publiciste (qui fonctionne au stéréotypes), un ouvrier, un petit arnaqueur. Mais ce travail de reconnaissance se pose en opposition avec ce que prône le cinéaste et c'est là que le film devient intéressant. Tout en faisant un travail de reconnaissance des personnages par des "gestus" ou des "habitus" définissant leur statut social (typique au cinéma), la morale du film est totalement l'inverse du procédé cinématographique employé par le cinéaste : on ne doit pas se fixer uniquement sur les apparences et ne pas juger selon nos critères de reconnaissance.

Un récit intelligent à double tranchant qui est voulu et qui fonctionne parfaitement au sein du film. On découvre au fur et à mesure les comportements de chacun, ou l'on rencontre des personnages raisonnables et d'autre totalement inconscients de leur utilité au sein de la machine judiciaire. Le rythme est quant à lui assuré par tous ce qui relève de l'aspect judiciaire de l'intrigue. On donc le droit pendant l'heure et demie que compte le film à une véritable réfutation du procès. Tout est démontré et démonté pour faire planer le doute. Chaque coup de théâtre est donc maitrisé, venant à point nommé pour redonner un soupçon d'intérêt au métrage. Une mécanique a laquelle vient s'ajouter l'excellente interprétation de tout les comédiens. L'impérial Henry Fonda fait des étincelles face à un Lee J. Cobb d'une implacable férocité, dont chacune de leur joutes deviennent une bataille féroce pour l'unanimité. A leur coté, on retrouve Martin Balsam (détective Arbogast dans Psychose) et l'excellent Jack Warden en homme obsédé par son match. Une excellente interprétation allié à la réalisation de Lumet, qui tire majestueusement parti du milieu fermé dans lequel se déroule en multipliant les plans sans jamais se radoter visuellement.

12 Hommes En Colère
est donc un film magnifique, qui brille par son intelligent propose et par son rythme endiablé. Une pépite du genre et la consécration d'un talentueux cinéaste.