Hors_de_controle

Genre : Thriller

Réalisateur : Martin Campbell

Synopsis :

Thomas Craven est un inspecteur vétéran veuf qui a rompu tout contact avec sa fille. Le jour ou elle revient à la maison familliale, celle ci est sauvagement assassiné sur le pas de la porte. Alors que tout le monde croit que cet assassinat visait Thomas, celui ci va découvrir que la mort de sa fille profite à l'entreprise pour laquelle elle travaillait.

Hors_de_controle_2


Avis :

Après Michael Mann et Miami Vice, c'est au tout de Martin Campbell d'adapter sur grand écran la série dont il est l'auteur. Et il trouve une publicité de choix avec la présence de Mel Gibson, qui fait son grand retour après sept ans d'absence devant la caméra.

A l'envie d'un retour aux sources du cinéma américain et à l'effet "théorie du complot" très en vogue en cette période de crise, Martin Campbell (Goldeneye, Casino Royale, Vertical Limit) répond par l'affirmative avec Hors De Contrôle. La trame autour de laquelle se construit le film est très simple : la fille d'un veille inspecteur se fait assassiné. Autour de cet évènement se greffe deux tendances du cinéma contemporain. D'une part, le complot à grande échelle, qui est toujours aussi performant en ces temps sombres et désespèrés. D'autre part, un rebootage de la célèbrissime loi du talion. Le héros se fait alors le parfait justicier Bronsonien, avec foi (la religion vient parfois pointer le bout de son crucifix, à l'instar de cette réplique choc "il faut choisir entre mourir sur la croix ou planter les clous") mais sans lois (l'inspecteur ne suit jamais les pistes officielles). Ce mariage ce mélange agréablement, évinçant les dilemmes moraux de circonstances, préférant se fixer sur les meurtrissures psychologiques du héros ainsi que sur son incroyable acuité à dézinguer tout ceux qui se mettent en travers de son chemin. Mais même si l'intrigue est intéressante, quoi qu'un peu vieillotte, elle à du mal à décoller par moment et certains points de l'histoire demeure prévisibles ou flous (la piste du dirigeant de l'association Nightflower s'évanouit bizarrement dans les limbes du scénario).

Malgré tout, Campbell montre une fois n'est pas coutume son acuité de réalisateur pour construire des séquences d'action tendues. Il livre donc la marchandise, avec deux ou trois combats à mains nues tout droit sorti d'un nouveau James Bond, et quelques morts vraiment choquantes (notamment celle de la fille de l'inspecteur, qui vas vous faire sursauter de peur). Pour sur, le cinéaste sait créer l'horreur et l'effroi sans trop en faire, même si le film et vraiment sanglant (étrange pour un film sans interdiction). Le final est aussi vraiment maitrisé, ou plane l'ombre du western et du vieux polar (un grand final à l'image de celui de Copland, nouvelle référence du genre). Cette efficacité s'accompagne de la caution Mel Gibson. Si son retour se fait dans un genre qu'il a déjà fréquenté auparavant (La Rançon), il démontre si besoin est qu'il reste un très grand acteur, toujours très expressif sans en faire des tonnes, et toujours imposant physiquement (même si les acteurs en face de lui font deux têtes de plus que lui). A ses cotés, Ray Winstone est très bon dans le rôle d'un "homme de ménage" ambigüe, tout comme Danny Huston en grand méchant loup du film. Le reste s'accompagne d'une atmosphère d'une noirceur exemplaire insufflée par la composition musicale toujours aussi sombre et dynamique de Howard Shore.

Hors De Contrôle
est donc un thriller classique et honnête, ou la présence d'un Mel Gibson âgé mais imposant se révèle être le principal atout du film.