3h10_Yuma

Genre : Western

Réalisateur : James Mangold

Synopsis :

Dan Evans, un éleveur criblé de dettes, participe bien malgrés lui à l'arrestation de Ben Wade, un bandit de grand chemin. Les autorités lui confient alors la responsabilité de convoyer le criminel jusqu'à Contention, ou il prendra le train pour le tribunal fédéral de Yuma.

3h10_Yuma_2


Avis :

James Mangold à déjà touché plus ou moins au genre qui est le western, mais de façon plus ou moins détournée (Copland, Walk The Line). Il adapte aujourd'hui un vrai western, remake du film de Delmer Daves.

On peut dire que James Mangold s'en sort pas trop mal dans le genre. Il faut dire que c'est les vaches maigres pour le genre mais qui continue tout de même de fasciner certains cinéastes de talent (Les Frères Coen, Quentin Tarantino). Alors Mangold à un boulevard devant lui pour imposer son film, qu'il soit bon ou mauvais. Heureusement pour nous, le tonneau dans lequel le cinéaste à fait son spiritueux est de bonne facture. Tout d'abord, Mangold sait mettre de l'atmosphère dans ses films. Que se soit dans le polar crépusculaire (Copland) ou dans son thriller à tiroir (Identity), ce cinéaste met toujours les bons ingrédients ou il faut et quant il faut. La captation des paysages arides et chaud de l'Arizona est excellente, et on se plonge sans mal dans ce décors féérique mais au combien hostile. La musique de Marco Beltrami fait également beaucoup, renouant avec plaisir les thèmes des plus grands compositeurs de musique de western (il n'a pas été nominé aux oscars pour rien). Mangold sait également mettre un peu d'action dans ces films, et le montre parfaitement ici par l'efficacité de ces scènes : attaque de diligence, fusillade, course poursuite à cheval, tous y est pour notre plus grand plaisir.

A coté, les acteurs semblent bien s'amuser dans leur rôle respectif. Russel Crowe et Christian Bale nous réserve un très beau duel et Ben Foster est excellent un méchant bandit un peu efféminé. Mais hélas, le film nous réserve aussi quelques mauvaises surprises. Tout d'abord, les quelques passages statiques font retomber régulièrement la tension du film. On se retrouve parfois face à des scènes dispensables et parfois totalement inutile, pour ne pas dire médiocre (la pseudo relation avec la danseuse est pitoyablement décrite et présente très peu d'intérêt). Ensuite, les personnages secondaires sont vraiment de vrais bouseux manchots parce que niveau morts débiles, le film fait assez fort, notamment celle de Peter Fonda, décrochant haut la main la palme de la mort la plus risible (ou "comment se faire jeter comme une merde en deux minutes"). Enfin, la morale de l'histoire est assez convenue, avec ce père qui essai de se racheter une carte de bibliothèque auprès de son fils.

Mais malgré ces quelques fautes, on reste indulgent devant ce film qui est tout de même assez bien foutu, réservant quelques bons moments de suspens dans une atmosphère soignée.