Seven

Genre : Thriller

Réalisateur : David Fincher

Synopsis :

L'inspecteur Mills et Somerset enquête sur une série de crime qui ont, pour point commun, leurs références au sept péchés capitaux.

Seven_2


Avis :

En 1995, David Fincher est un brillant réalisateur qui n'a pas eu encore le temps de montrer tout ce qu'il avait dans la tête (à cause du différent qu'il l'a opposé avec la Fox pour Alien 3). Avec Seven, Fincher va non seulement signer un chef d'œuvre, mais il va également influencer tout un genre.

Le truc de Seven, qui le rendra à jamais unique en son genre, c'est cette brillante initiative de ne pas se contenter de livrer un simple film de tueur en série. Fincher transcende le genre et ce qu'il implique pour livrer une formidable autopsie du monde moderne. Sous les yeux et la caméra du metteur en scène, on assiste à un pourrissement éthique et psychique d'une société qui est la nôtre. Il n'y a plus de héros, il n'y a plus aucune barrière entre la folie et l'ignorance. C'est en cela que le personnage de John Doe est fondamental dans le récit et l'exposition de ce monde. Il est le témoignage de cette perdition morale, qu'il juge avec une lucidité parfois déconcertante. De là à dire qu'il a raison, il n'y a qu'un pas, que l'on ose franchir à cause du déséquilibre dans lequel il s'est englué. Mais cette interprétation n'est rien sans les deux autres visions des deux inspecteurs. David Mills voit la vie d'un point de vue optimiste, pensant que l'on peut changer les choses si on y met du cœur et du courage. A contrario, William Somerset semble plus résigné, moins idéaliste et plus réaliste que son coéquipier, constatant que le monde s'est engouffré dans la débauche et l'apathie.

Cette virtuosité s'accompagne d'une reussite formelle surprenante et éblouissante. Les dialogues sont millimétrés, chaque mots sont pesés, annoncant toujours, à postériori bien entendu, ce qui va se dérouler par la suite. On a de cesse de frémir à chacune des interventions de l'inspecteur Somerset, troublant de lucidité et d'avant gardisme. Un personnage qui puise sa force dans la majestueuse interprétation de Morgan Freeman. Face à lui, Brad Pitt est tout aussi convaincant et traduit parfaitement l'énergie et l'implication de l'inspecteur Mills. Une parfaite équation auquel s'ajoute l'époustouflante interprétation de Kevin Spacey qui, après sa magnifique prestation dans Usual Suspects, confirme qu'il est un acteur hors-norme. Enfin, le fabuleux travail sur le climat (il pleut tout au long du film, hormis lors de la "révélation" finale), sur les décors (des immeubles poisseux et misérables, une ville anonyme traduisant l'individualisme et la perte de sens), sur le traitement de la pellicule (les couleurs ternes et le grain), sur les scènes de crimes et l'ambiance (la composition macabre et pessimiste de Howard Shore) construisent avec efficacité l'identité du film.

Seven est donc un thriller ingénieux, machiavélique et magnifique, qui a relancé le film de tueur en série avec un brio et un génie qui laissera des traces indélébile dans l'histoire du cinéma contemporain.