Death_Sentence

Genre : Thriller

Réalisateur : James Wan

Synopsis :

Entre sa carrière réussie et sa vie de famille épanouie, l'existence de Nick Hume est plutôt confortable. Pourtant, un soir, alors qu'il fait le plein d'essence avec son fils aîné, Brendan, la route de Nick va croiser celle d'un gang. Son fils n'y survivra pas.

Death_Sentence_2


Avis :

James Wan, créateur de la tumultueuse saga Saw et réalisateur du faiblard Dead Silence récidive avec Death Sentence. Un vigilante movie dans la plus pur tradition, lui permettant de perfectionner sa mise en scène et sa direction d'acteur.

Les vigilantes movie redeviennent à la mode. Et c'est à James Wan, qui après avoir remis au goût du jour le cinéma gore (Saw) et le gialli (Dead Silence), que revient la lourde tâche de renouer avec les bon vieux films à la Charles Bronson. Avec ce film, Wan évite ce qui aurait pu devenir un pamphlet sur l'incapacité du système judiciaire, comme l'avait fait Neil Jordan avec son A Vif. Pour le cinéaste, l'homme veut se venger, peut importe le prix, peut import le temps et peu importe les lois. Et ce point de vue est clairement exprimer dans son film. Ici, Nick décide délibérément de ne pas accuser les auteurs du crime. Ce choix est rarement présent dans les vigilantes movie nouvelles générations. La vengeance est ici un défouloir, un alibi pour la haine de s'exprimer. Le réalisateur montre bien le basculement du héros dans cet état vide de sens mais emplit de violence dissimulée et cachée. Cela devient une obsession et l'humanité du héros semble alors se soustraire de plus en plus à cet être violent, jusqu'à changer radicalement son apparence physique. C'est en cela que le film ce démarque des autres productions du genre, permettant ainsi de combler la relative tiédeur des scènes familiales.

A la charge de Wan d'apporter à cette histoire tout ce que l'on peut attendre d'un tel film. Si il semble peut inspiré lors des scènes intimes, laissant les acteurs seul avec la camera, il parait bien plus à l'aise, et à juste titre, dans les scènes plus fortes. La fluidité de sa mise en scène lui permet alors de construire des séquences grisantes et haletantes, à l'image de l'intense poursuite dans le parking, donnant ainsi de l'ampleur au film. Mais il faut dire que le choix des acteurs tient beaucoup à la reussite du film. Kevin Bacon, grand acteur très souvent sous-utilisé et qui à que très rarement côtoyé des personnages à la hauteur de son talent, se livre ici entièrement à la caméra, composant un personnage pathétique et profondément humain dans son déséquilibre psychique. On peut également saluer la performance de John Goodman, véritable ordure et personnifiant tout ce qui il y a de plus pervers dans le capitalisme d'aujourd'hui.

Death Sentence est donc un très bon vigilante movie, qui fonctionne avant tout sur l'action, au détriment du drame familliale, traité de façon conventionnel.