le_terminal

Genre : Comédie

Réalisateur : Steven Spielberg

Synopsis :

Parce que son pays est en guerre, Victor Navorski est contraint de rester dans le terminal de l'aéroport JFK, à New-York, tant que son pays n'est pas reconnu par les États-Unis d'Amérique.

le_terminal_2


Avis :

Steven Spielberg est un cinéaste dont les films ne sont pas souvent sous-estimés. Pour autant, Le Terminal n'est pas un film unanimement reconnu comme excellent. Pourtant, ce film est un des plus réjouissants du cinéaste.

L'histoire du film est plutôt simple : un pauvre touriste est coincé dans un aéroport car il n'a, légalement, plus de pays. On peut craindre, avec ce genre de pitch, une histoire totalement suranné, avec un espèce de quidam totalement obsolète dans une société dans lequel il reconnais plus rien d'humains. Heureusement, Spielberg est un excellent conteur d'histoire et ici, il s'affranchit de toutes ces règles pour personnaliser son film en ce concentrant uniquement sur l'homme et non la société qui l'entoure. Ce gars, brillamment interprété par Tom Hanks, est le roi de la débrouille, s'encanaille avec le personnel de l'aéroport pour avoir un peu de bouffe et s'achète des fringues Hugo Boss quand vient le moment de sortir avec l'hôtesse de l'air qu'il rencontre tout les quinze jours. Une façon de survivre qui fait subtilement rappeler les origines du personnage. L'histoire est mignonne comme tout, pleine d'humanité et de leçon sur la vie (le magnifique départ du technicien de surface à la fin du film), qui gagne en charme et en délicatesse avec le personnage campé par la magnifique Catherine Zeta-Jones.

Autour de cela, de nombreux personnages secondaires viennent apporter leurs pierres à l'édifice : il y a Stanley Tucci, qui campe avec beaucoup d'aplomb un responsable au transport à cheval sur les règles et sur sa carrière, Diego Luna, Chi McBride et Kumar Pallana forme un trio exquis et hilarant, et Barry Shabaka Henley et Zoe Saldana imposent sans mal leurs personnages de flics sympa. Le cinéaste réserve également quelques belles tranches de rigolade sincères et authentiques (la scène de la caméra de surveillance est tordante), tout comme les scènes intimes, pleine de charmes et de respect. L'histoire d'amour est également bien amenée, bien entretenue, et bouclée d'une façon assez peu orthodoxe dans ce genre de film, ce qui rend le tout très réaliste. La réalisation est, comme l'indique le titre, très arienne, nous plongeant facilement dans les halls et les couloirs du terminal. Enfin, la touche final en revient à la musique de John Williams, légère et dynamique, qui donne un ton sans gravité au film.

Le Terminal est donc une très bonne comédie, qui se laisse voir avec beaucoup de plaisir et sans prise de tête. A consommer sans modération.