iron_man

Genre : Super-Héros

Réalisateur : Jon Favreau

Synopsis :

Après avoir présenté sa nouvelle création à l'Armée Américaine en Afghanistan, Tony Stark, géant de l'industrie d'arme à feu, est capturé est retenu en otage dans une grotte. Pour s'échapper, il va créer une machine ultra sophistiquée : Iron Man.

iron_man_2


Avis :

Jon Favreau, réalisateur de film jusque là pour gosse (Zathura, Elf) n'était pas tout désigné pour réaliser un film de super-héros, tout en sachant que certains réalisateurs du même pedigree s'y sont généreusement cassés les molaires (Tim Story et ses 4 Fantastiques). Tel est donc pas notre surprise en découvrant que Favreau à relevé le défi haut la main.

Pourtant, le scénario est assez simple et repose sur une simple question : comment est né Iron Man ? La réponse se déroule durant les deux heures que compte le long métrage. Deux heures qu'il faut combler utilement pour ne pas tomber dans la débauche d'effets spéciaux ou dans l'enfilade de scène pyrotechnique. Favreau choisit donc de développer la naissance de Iron Man, ainsi que la trahison de son mentor. Une option plutôt intelligente, permettant d'installer confortablement Tony Stark comme icône d'une nouvelle franchise, et en soignant ce premier épisode pour éviter le reboot désormais de vigueur à Hollywood. Mais si cette option est louable, elle n'est pas sans conséquence sur la cadence du métrage. On rencontre donc, de temps en temps, quelques petites longueurs (l'épisode de la caverne ou celle de la construction de l'armure). Mais, que les fans se rassurent, le réalisateur n'a pas oublié d'y insérer quelques scènes à sensation forte, ainsi qu'un beau duel final entre Obadiah Stane et Tony Stark.

En contrepartie de ces longueurs, on bénéficie d'un casting quatre étoile. Il faut dire que le choix de l'acteur pour incarner Stark s'imposait comme une évidence. Quoi de mieux que Robert Downey Jr., ex star droguée et alcoolique, pour interprété le fameux Tony Stark, dont la réputation éthylique n'est plus à faire. Cet excellent acteur, qui à remonté la pente de la débauche, impose son personnage avec une réel classe et un aisance communicative. Après, ce personnage de playboy riche et héroïque plait ou non, mais on ne peut pas rester de marbre face au talent ironique déployé par l'acteur. A ses cotés, Gwyneth Paltrow incarne à la perfection Pepper Potts, assistante de Stark, lui permettant de s'imposer également comme une vraie héroïne et non une vulgaire potiche au fond de l'écran. Par ailleurs, le plaisir désintéressé qui unit Stark et Potts transpire à l'écran grâce à la parfaite communion des deux acteurs. Enfin, Jeff Bridges impose son charisme et celui de Stane tout au long du film, avec la dose nécessaire d'ambiguïté pour tenir le spectateurs en haleine. On regrette juste le retrait assez significatif de Terrence Howard, qui n'arrive pas à faire suffisamment exister le lieutenant Jim Rhodes à l'écran.

Iron Man est donc un très bon film de super-héros tout public, qui allie correctement l'humour à l'action. Il faut cependant créer un peu plus de dynamique dans le récit et faire vivre un peu plus le personnage de Jim Rhodes. Mais ça, ce sera surement pour le second volet.