the_reader

Genre : Drame

Réalisateur : Stephen Daldry

Synopsis :

Allemagne de l'Ouest, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Un adolescent, Michael Berg, fait par hasard la connaissance de Hanna, une femme de trente-cinq ans dont il devient l'amant. Un jour, Hanna disparaît, laissant Michael le cœur brisé. Huit ans plus tard, devenu étudiant en droit, Michael assiste aux procès des crimes de guerre Nazi, ou il la retrouve, sur le banc des accusées.

the_reader_2


Avis :

Avec The Reader, Stephen Daldry signe son troisième gros long métrage. Une adaptation d'un roman best-seller délicate car le sujet dont il parle est assez casse-gueule. Heureusement, Daldry s'en tire avec les honneurs, même si il aurait pur faire mieux.

Le sujet et les thèmes qui gravitent autour du film et de l'histoire sont assez difficiles à retranscrire sans tomber dans la facilité ou le cliché : parler du nazisme en évitant les lieux communs, traiter de l'illettrisme sans dépeindre une femme pestiférée par la société. Ici, cette femme, témoin et actrices d'un évènement dont son intelligence limitée n'avait aucunement conscience, est présenté de façon honnête (elle travaille et n'est pas une rebut de la société active) et sans parti pris. Choisissant l'explication plutôt que le pardon, remplaçant l'explicite par l'implicite, opposant la loi, l'éthique et l'intime conviction, Daldry expose et analyse brillamment les actes, au demeurant horriblement impardonnables, de cette ancienne gardienne d'un camp de concentration, maladroitement incapable de se défendre et de se justifier. Dans la vision du cinéaste, Hanna est le pur produit d'un massacre industrialisé, taylorisé et déshumanisé, qui l'a marqué au plus profond de son être.

Une femme bouleversante porté dans sa chair par une Kate Winslet monumentale, dont son seul regard vaut bien plus qu'un long discours. Une interprétation sans faille accompagné par Ralph Finnes et David Kross, tout deux excellents dans le rôle de Michael Berg, homme tourmenté entre sa passion pour Hanna et son éthique qui régit sa profession d'avocat. La réalisation de Stephen Daldry est pesante et très académique, ne se livrant jamais à des envolés de camera, optant pour des plans fixes et contemplatifs de ses personnages. Mais il y a tout de même deux choses qui chiffonne une fois le long métrage terminé. La première c'est la trop grande importance accordée aux scènes de sexe. Ci ce point est justifié dans le cadre du développement de la passion qui régit ce couple d'amant, il aurait pu être souligné sans être marteler toutes les cinq minutes. Un étalement des passions qui, par le fait, empiète sur le procès de Hanna, dont le réalisateur accorde assez peu d'importance, comparée aux autres morceaux du film. Le second défaut, c'est que le film est très lent et qu'il à du mal parfois à combler le vide de certaines séquences.

The Reader est donc un film passionnant mais longuet sur certains points. Il en reste un très bon film bénéficiant d'un excellent thème et d'une interprétation sans faille. Quoi que l'on en pense, ce film ne laisse pas indifférent.